SlideBar
RDRI
 

Recommander Imprimer

PostHeaderIcon  L'image numérique

  • Date de création
    18 mai 2010
  • Dernière modification
    1 février 2016

Voir le très bon dossier de Pierre Salquèbre sur ce site :

http://www.ac-nancy-metz.fr/ia88/ienremiremont/photo/numpeda.htm

ancien_AP2

 

Choisir un APN

Les indications ci-dessous sont appelées à être modifiées en fonction de la sortie permanente de nouveaux produits toujours plus performants et dont le prix d'achat diminue.
Les critères indispensables :

- Résolution minimale : Une résolution de 3 millions de pixels est largement suffisante pour imprimer une image en format A4 en qualité photo. Une résolution supérieure ne sera utile que pour imprimer l'image sur un support plus grand (poster...).

- Présence d'un flash (attention à sa puissance souvent faible, le réserver à des sujets proches de l'appareil).

- Alimentation secteur livrée avec l'appareil (souvent en option et chère). Ces appareils sont grands consommateurs d'énergie à cause de l'écran LCD de visualisation des images.

- Accus rechargeables et chargeur. Ne pas hésiter à acquérir un autre jeu d'accus spécifiques pour la photo (mini 1800mAh).

- La capacité mémoire. L’achat d’une carte supplémentaire (Smartmédia, Compactflash...) peut rendre service dans une école où plusieurs collègues utilisent l’APN. Cela peut être intéressant pour une classe transplantée par exemple.

- Seul le zoom optique (un minimum de 3X) est intéressant ; le zoom numérique ne fait que déformer l'image en agrandissant les pixels.

- Liaison par un câble USB (transfert "rapide" sur le disque dur de l'ordinateur).

- Sortie vidéo PAL : pour visualiser les photos directement sur un téléviseur (simple et écran TV plus grand pour travailler avec une classe).

- L' écran LCD de visualisation est fragile : pouvoir l'orienter et le protéger peut être un gage de durée.

- Possibilité d'enregistrer un fichier vidéo, présence de micro, fonction webcam...

- Logiciels livrés avec l'appareil : pilotes pour connecter l'appareil à l'ordinateur, logiciel pour gérer les images (albums, diaporama, retouches minimales, transfert sur le disque dur..), retouche d'image (logiciels plus ou moins performants et simples d'utilisation).

- Pour une école, choisir un APN simple d'utilisation et robuste.

La résolution

Abréviation de Picture Element (élément d'image, en français), le pixel est le plus petit élément d'une image. Il est utilisé comme unité de mesure pour la dimension et la résolution d'une image :
Le nombre de pixels (largeur et hauteur) d'une image définit sa dimension.
Le nombre de pixels par pouce (ppp) détermine sa résolution.

DPI : (Dot Per Inch) devient PPP en français (Point Par Pouce). C'est la mesure de la résolution des images : plus il y a de "points par pouce", plus l'image est fine et sa qualité élevée.

Exemple : la même image est téléchargeable à différentes tailles. Sa résolution est celle de l'écran : 72 dpi

640x480

800x600

1280x980

1600x1200

2304x1728

128 Ko

236 Ko

332 Ko

404 Ko

793 Ko

 

adobe-flash-logo

Illustration


Quelle résolution pour la numérisation ?
Avant de scanner une image, il convient de considérer la taille originale de l'image et la finalité de la numérisation :
- L'image est destinée à être affichée à l'écran : production multimédia, e-mail, fond d'écran. La résolution de l'écran étant de 72 dpi, il devrait être inutile de numériser dans une résolution supérieure. En théorie seulement car on a intérêt à choisir une résolution de 300 ppp, ce qui augmente la densité des points, si l'on souhaite agrandir l'image (photo d'identité par exemple). Si l'image originale possède la bonne dimension, une résolution de 300 ppp risque de la faire sortir du cadre de l'écran ! Il faudra alors la redimensionner. Attention au poids des images : une photo 12x8 cm numérisée en 1200 ppp et 24 bits ne pèsera pas moins de 72 Mo !
- L'image est destinée à être imprimée : mieux vaut numériser à 300 ppp (on peut ensuite rééchantillonner à 150 dans un logiciel de traitement d'image avant l'impression). Un original de petite taille pourra être suréchantillonné.
Il est recommandé de numériser un original en noir et blanc dans la résolution de l'imprimante.

Image et droit

L'utilisation d'images d'enfants implique de connaître la loi régissant cette utilisation :

- obligation de faire signer une autorisation de publication aux parents ou responsables de l'enfant :

pdf

modèle simple

pdf

modèle plus complet


- plus d'informations sur le site de legamédia.


Banques d'images

Des images gratuites et libres de droit en téléchargement ici :

(la gratuité et la liberté d'utilisation des images ne dispensent pas de citer leur source)

 

Documentation de Rouen : une page synthétique de sites d'images par thématiques (architecture, cinéma, histoire, géographie, littérature, musique...)

http://documentaliste.ac-rouen.fr/

B.I.L : banque d'images libres

http://recitmst.qc.ca/BIL/

Wikimedia Commons : plus de 3 millions de fichiers média réutilisables et que chacun peut enrichir.

http://commons.wikimedia.org/

Picto

http://www.picto.qc.ca/

Clic images

http://crdp.ac-dijon.fr/-Clic-images-.html

BIPS : Banque d'images et scénarios pédagogiques

http://bips.cndp.fr/

RMN : une base de données de plus de 80 000 images d'oeuvres d'art des musées français

http://www.photo.rmn.fr

Des photos pour la SVT de l'académie de Lyon

http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/biologie/photossql/photos.php

MEMOIRE : La base documentaire d'images MEMOIRE créée par les services de l'Inventaire général et de la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine est un catalogue de photographies anciennes et modernes, gravures, plans et dessins

http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/

Des images pour les sciences et la géographie

http://imagessvt.free.fr/

Des cartes libres de droit

http://www.atlas-historique.net/cartotheque.html

Des cartes à télécharger pour découvrir le monde géographique

http://www.intercarto.com/cms/

Des fonds de carte

http://www.hist-geo.com/Fonds-de-cartes.php

Des images pour illustrer les fiches sur le sport

http://www.sport-image.fr

L'épicerie des jeunes : une banque de photos d'aliments classées par catégories

http://www.educol.net/fr-coloriages-images-colorier-photo-alimentation-b113.html

Des photos libres de droit, classées par thèmes

http://www.folp.free.fr

Des photos de fleurs magnifiques pour un usage privé sur le site d'Erick Dronnet

http://erick.dronnet.free.fr

Utilisations

Pourquoi la photo numérique à l’école est-elle en plein essor ?
- on trouve maintenant des appareils à partir de 100 €, et la qualité photo sur papier en 10 cm  sur 15 peut être obtenue avec des appareils de moins de 300 €.
- on peut laisser les élèves « mitrailler », ça ne coûte plus rien en pellicule quand l’achat du matériel a été réalisé
- l’enfant voit sur un petit écran la photo qu’il va prendre, c’est ludique et pédagogique (composition d’image, éclairage, angle de vue, réflexion sur ce qu’on veut montrer).
- les écoles s’équipent de plus en plus en ordinateurs capables, entre autres tâches, de traiter les photos.
- on peut visionner presque immédiatement sur l’écran LCD de l’appareil ou sur un écran télé les images.
- le transfert sur ordinateur est maintenant rapide…
- on n’a pas à gérer le problème de la pellicule (achat, développement seulement quand le film est complètement exposé, tirage obligatoire de toutes les prises de vue, attente, paiement…)
- on peut agir sur la photo (effacement, recadrage, retouche, tirage…)
- on peut refaire tout de suite une photo qu’on aurait ratée : l’enfant photographe a droit à l’erreur.
- la retouche d’image et  le montage (une image à partir de plusieurs) sont facilités.

I. En Maternelle.
1. La photo d’identité (TPS/PS)
En classe de tout petits, la maîtresse fait le portrait de chacun de ses élèves, qu’elle tire en plusieurs exemplaires :
- pour désigner la place de l’enfant dans les vestiaires.
- pour signaler la présence de l’enfant.
- pour signaler à l’enfant la place qu’il occupe lors des différents ateliers (ex : scotchée au chevalet de peinture).
- pour la couverture de son dossier   
(Certains portraits sont accompagnés de l’initiale du prénom, du prénom et du signe)

Les très nombreuses photos d’identité permettent aux enfants d’acquérir dès leur arrivée à l’école une plus grande autonomie en classe : ils savent très vite où aller, quel est leur classeur personnel, où ils doivent ranger leurs chaussons...
Chaque petit se repère plus facilement, il est davantage sécurisé.
De plus, il apprend à mieux connaître et reconnaître les camarades de sa classe.
Bien sûr, on fait la même chose à partir de photocopies, mais la photo numérique permet d’avoir toutes les photos dès les premiers jours, qui ressemblent réellement aux élèves, et d’en tirer autant d’exemplaires que nécessaire, à tout moment de l’année et sans dépense pour les parents.
Ces photos, sur différents supports, servent aussi en début d’année pour des exercices de reconnaissance, de tri, de classement.
En les affichant sur un écran TV, on ouvre des séquences de langage.

2. Connaître son corps.
Une photo est collée sur du carton fort ou du contre-plaqué.
A l’aide d’une scie spéciale, la maîtresse réalise un puzzle en isolant les yeux, le nez, la bouche… et en vissant un tenon par pièce.
L’enfant reconstitue son visage. On peut travailler sur d’autres parties du corps (tête, bras, jambes…)
D’autres puzzles peuvent être ainsi fabriqués (ex : à partir de la photo du chat que caressent les enfants près de l’école), de difficulté adaptable.

3. L’album-écho : pédagogie du langage.
Un album est appelé ainsi car il est l’écho d’une activité, d’une situation vécue en classe.
L’objectif pédagogique principal est de développer le langage chez le jeune enfant.
La maîtresse réalise des photos des enfants au cours de leurs activités.
Peu de temps après, en petit groupe, les enfants racontent l’événement vécu en s’aidant des photos.
Un enfant qui a été photographié décrit par exemple ce qu’il fait et donne d’autres éléments du contexte.
La maîtresse, selon ses objectifs pédagogiques, oriente ses propos, l’aide à structurer son langage.
La classe se met d’accord sur une légende d’une ou de plusieurs photos.
On peut aussi travailler sur une série de photos.
(ex : sur la même page, on a 2 photos, dont les légendes sont : Amandine accroche l’œuf de Pâques à la branche, Lorraine a accroché l’œuf de Pâques à la branche : c’est une excellente approche des temps de la conjugaison)

4. La vie de la classe.
Le cahier de vie est illustré de photos prises au cours des activités, habituelles et exceptionnelles.
Puisque l’image numérique est ici concernée, la numérisation au scanner de dessins d’enfants ou d’autres documents apportés par les enfants ou l’enseignant  peut alimenter également le cahier de vie de la classe (de même que les classeurs individuels des enfants).
Le classeur personnel est signé périodiquement par les parents, qui apprécient les photos car elles leur permettent de mieux réaliser ce qui s’est passé dans la classe.
En quittant la classe en juin, on peut imaginer que les enfants emporteront un bel album souvenir de l’année scolaire écoulée.

5. Le  visage.
La maîtresse demande à un ou plusieurs enfants d’exprimer (simultanément ou non) avec son visage uniquement la peur, la joie, la colère, l’ennui...
Des prises de vue sont réalisées (en nombre, vu le moindre coût de la photo numérique).
On montre sur écran TV les résultats, et on imprime les meilleures images.
Variantes :       - On peut photographier des attitudes (le corps entier participe)
- Pour aider à la prononciation des sons, on peut travailler sur les praxies (mouvements des parties du visage amenant à émettre le son voulu).

6. Une journée en maternelle, pour travailler sur la chronologie temporelle.

7. Variations.
On photographie ou on numérise un début de dessin réalisé par un élève (ou la maîtresse).
Après impression, chaque élève complète le dessin initial à sa manière.
On peut passer de la couleur au noir et blanc, et inversement, grâce à l’imprimante et au photocopieur.

8. Le coin photos.
Les photos numériques s’ajoutent à toutes sortes d’autres images du coin photos de la classe, apportant ainsi une plus grande variété de types d’images, de supports, de formats…
Tous les jeux de tri  et de classement seront plus intéressants.

9. Divers.
On peut également  présenter une série de photos à un groupe d’enfants et recueillir leurs commentaires spontanés.
Des jeux de loto peuvent être fabriqués.
Un enfant décrit sans la montrer une photo, que d’autres élèves doivent alors identifier sur une planche de photos. Celui qui la reconnaît recouvre la même photo sur sa plaque.
Autre jeu : le mémory.

II. En Élémentaire.
De nombreuses activités proposées pour la Maternelle peuvent être reprises pour des enfants de l’école élémentaire, en les aménageant.
Par exemple, on peut continuer sur ordinateur le dessin commencé par un autre, alors qu’en maternelle, le support papier est peut-être plus facile pour cette activité.

1. Plan de la classe.
Au CP, les élèves apprennent à se repérer dans l’espace : la cour, la classe, l’école, le quartier…
A certains moments prévus dans sa progression, l’enseignant propose des activités intégrant la photo numérique :
a) la cour et la façade.
Les élèves font le tour de la cour et nomment le préau, la porte de sortie, la salle de musique… (L’enseignant fait des photos des éléments repérés). On regarde aussi la façade de l’école.
De retour en classe, les photos sont d’abord visualisées sur écran TV : les éléments sont reconnus et à nouveau nommés.
Un peu après, on imprime les photos, on colle sur le cahier et on écrit les légendes.
Grâce au  numérique, on pourra  dans un logiciel de retouche d’image, assembler des prises de vues horizontalement, pour obtenir un panoramique de toute la cour que voient les enfants depuis leur classe.

b) la classe
6 boîtes sont disposées dans la classe. 2 élèves sortent.
Avec le reste de la classe, on se met d’accord sur l’endroit où mettre une croix sur des photos de l’intérieur de la classe.
Quand les 2 enfants reviennent, ils doivent retrouver les boîtes à l’aide de leur localisation sur les photos (ils devront d’abord orienter la photo, puis émettre des hypothèses).
Sur ces mêmes images photocopiées, chaque enfant devra, en fin de séance, repérer sa place.
Plus tard, une maquette de la classe sera fabriquée. Des jeux à partir de la photo de la maquette aideront les enfants à se repérer dans la classe. La photo prise de dessus, à la verticale, est la plus intéressante car elle nous aidera à tracer le plan (passage de 3 à 2 dimensions).

c) le quartier
La classe sort dans le quartier au mois de mai et reconnaît les principaux bâtiments (les commerces, la mairie…) ; les enfants prennent des photos pour les exploiter en classe.
De retour en classe, ils doivent (sur une photo aérienne numérisée) retrouver les bâtiments repérés et tracer l’itinéraire suivi juste avant.
Lors de la séance suivante, les enfants commentent les photos qu’ils ont prises, nomment avec précision chaque bâtiment.
Ils cherchent la correspondance entre la vue aérienne d’un bâtiment repéré (aplati) et  leur prise de vue.
Sur le cahier, les enfants collent les photos des bâtiments, les relient à leur photo aérienne sur le plan général et écrivent le nom sous chacun d’eux.
A partir de là, on réalise des jeux de piste : un groupe d’enfants trace un itinéraire à suivre par un autre groupe. Ce dernier s’aidera des photos des bâtiments rencontrés, qu’il placera dans l’ordre correspondant au trajet à suivre.
Pour compliquer un peu, on peut faire des photos de parties de bâtiments.
(Attention aux problèmes d’échelle, qu’on peut modifier à l’impression et à la photocopie)

2. Calendrier personnalisé.
Au cours de sorties, les enfants prennent des photos destinées à l’illustration d’un calendrier (chaque enfant peut choisir un thème, lié ou non aux saisons).

3. Les saisons.
Photos lors de l’observation de l’évolution des plantes, des arbres, de la météo, de l’habillement.
(Ex : le même arbre de la cour, à différentes saisons, avec le même cadrage)

4. Illustration d’un journal scolaire, d’un livre, d’un album.

5. Fabrication  d’une affiche, d’un roman-photo, d’une BD .
Ex d’affiche : Deux élèves du CM sont allées à la bibliothèque municipale.
Elles se sont aperçues que les enfants de l’école allaient emprunter des ouvrages.
Les deux copines ont donc demandé l’appareil photo numérique de l’école pour réaliser des photos des rayons de livres. Elles ont ensuite composé plusieurs affiches (avec des photos différentes) qu’elles ont punaisées dans l’école, à plusieurs endroits, afin d’inciter les autres enfants à lire.

6. Illustration d’un site Web.
- Sur la page d’accueil du site Web de la Circonscription est affichée une belle photo réalisée par une classe.
On change de photo une ou deux fois par mois.
- En classe transplantée : chaque soir est envoyé un compte-rendu d’activité illustré de  photos.

7. Diaporamas.
Des logiciels permettent une variété de présentation qui incite à la créativité.
On peut associer aux images qui défilent des musiques, des commentaires enregistrés.
Pour une fête de l’école, les élèves peuvent réaliser un petit montage retraçant la vie de l’année.

8. Création multimédia.

P
résentation interactive de la commune, de l’école (incluant textes, photos actuelles, anciennes cartes postales, témoignages sonores des anciens…)
On réunit tous ces montages sur un CD-ROM pour diffusion.

9. Sport.
Grâce au mode rafale des appareils actuels, on peut, sans pour autant rivaliser avec une caméra, prendre plusieurs instantanés d’un enfant qui joue au ballon dans la cour.
On peut apprécier la position du corps (penché en avant ou en arrière), l’équilibre assuré par une compensation des bras ou des jambes, et se rendre compte que le corps passe par de nombreuses positions avant que la balle ne soit envoyée.

10. Reportage.
De nombreux sujets s’y prêtent : les animaux, les plantes, les activités humaines, les évènements particuliers, les constructions…

11. L’ombre.
Photos (par une journée ensoleillée) du même endroit à plusieurs moments de la journée (endroit avec un arbre ou une façade…)
On refait la même expérience à plusieurs mois d’intervalle.
On étudie ainsi le déplacement du soleil, en fonction du moment dans la journée et en fonction des saisons.

12. Land-art.
La classe a réalisé des compositions avec des éléments naturels, dans le bac à sable de la cour, dans la forêt, sur la berge d’une rivière.
On photographie sous différents angles les productions ; l’examen des photos, de retour en classe, favorisera un prolongement pédagogique.

13. Apprendre à photographier.
Apprentissage plus aisé du cadrage, de l’exposition, du placement par rapport au soleil…
La visualisation sur l’écran LCD en couleurs, avant et après la prise de vue, est une aide pédagogique pertinente.

14. Montages.
Ex 1
: à partir de deux photos (la fusée Ariane, la place du village), on en fait une seule par détourage, copie puis collage (la fusée Ariane décollant depuis la place du village)
Ainsi, l’enfant se rend compte qu’on peut truquer des photos, ça développe son esprit critique.

Ex 2 : on extrait sa tête pour la coller à un autre corps (mannequin, sportif célèbre, sorcière…)

Ex 3 : à partir de son portrait, l’enfant « essaie » des masques de Carnaval, et imprime celui qu’il préfère virtuellement porter.

Ex 4 : en CE, un album contient sur chaque page de gauche la photo du groupe classe. Si on tourne la page, il y a un élève de moins sur la photo (il a été effacé). Sur chaque page de droite, l’élève manquant s’est décrit (aspect physique, caractère, habitudes…). Les autres enfants doivent deviner qui n’est plus sur la photo grâce à la description (si on ne trouve pas, on compare avec la photo de la page précédente).
On peut décrémenter pour arriver à un seul élève sur la dernière page, ou  n’enlever qu’un élève, différent à chaque fois.

15. Modification d’une image.
Des portraits sont réalisés.
A l’aide d’un logiciel de retouche d’images, chaque élève applique à son visage un filtre (ex : déformation).
On peut réunir le tout pour une certaine image A4 de la classe !

16. Jeu des 7 erreurs.
A partir d’une photo, on modifie 7 détails et on imprime côte à côte les 2 photos.
Le jeu est proposé à d’autres élèves.

17. Suivi d’une expérience scientifique (photos à différents stades).

18. Orientation.
On dispose d’un plan de la commune et d’une série de photos prises à différents endroits, retournées.
La classe est répartie par équipes de 4.
Une équipe « tire » une photo, part dans le village ou le quartier à la recherche de l’endroit, puis revient localiser sur le plan l’endroit représenté sur la photo.
Elle tire une autre photo et le jeu continue.
De nombreuses variantes sont possibles (balises à rapporter, échelle différente, détails de bâtiments, jeu de l’oie…)

19. Puzzles.
A partir de photos, on peut réaliser des puzzles :
- tirage papier au format voulu, collage éventuel sur carton fort ou contre-plaqué, découpage à la scie magique (qui ne blesse pas les doigts)
- utilisation d’un logiciel qui crée le nombre de pièces à la demande.

20. Arts plastiques au cycle 3.

On peut plus facilement varier les angles de prise de vue (utiliser notamment la vue de dessus)
Il est intéressant de mettre l’appareil sur un pied pour garder toujours le même cadrage. Les enfants ne font varier qu’un paramètre : l’éclairage (en essayant de chercher à exprimer des sentiments dans les rendus différents).
Pour faciliter le travail, ils peuvent : changer le fond, créer une mise en scène en ajoutant des éléments extérieurs…

21. Compte-rendu d’activité, d’événement.

22. Expression des émotions et des sentiments.
Chaque enfant va être d’abord acteur puis photographe.
Sur chacune des 30 cartes du jeu, le nom d’un sentiment ou d’une émotion est précisé, ainsi qu’une phrase correspondante.
L’enfant qui tire la carte doit exprimer ce qui est écrit, avec son visage uniquement, tandis qu’un camarade prend la photo quand il estime l’expression réussie. Puis on inverse les rôles..
Après le passage d’un groupe, les photos sont transférées dans l’ordinateur : on réalise ensuite (rapidement grâce à un logiciel approprié) un diaporama.
Chaque enfant reçoit un tirage papier de son portrait.
Tirage au format A4 d’une planche réunissant tous les visages, collés l’un à l’autre.
Plus tard, une exploitation est possible en classe dans le domaine des arts plastiques.

23. Équilibre alimentaire.
Dans une classe de CP, la maîtresse a préparé une page, partagée en plusieurs parties horizontalement : l'entrée, la viande, les légumes, le fromage, le dessert.
Pour chaque partie, plusieurs photos légendées sont présentées (ex pour l'entrée : carottes râpées, friand, charcuterie...).
Le pain et l'eau ne sont pas oubliés, indispensables pour le repas.
Chaque enfant va composer son menu en effaçant ce qu'il ne choisit pas, à partir du logiciel. Il doit veiller à l'équilibre de son repas. Avant d'imprimer, l'enfant fait valider ses choix par la maîtresse.

Dans une classe d'enfants plus âgés, les enfants eux-mêmes peuvent créer de telles pages (à thèmes s'ils le souhaitent, selon les pays par exemple). La validation des menus peut être réalisée par d'autres élèves.

24. Une série de photos.
Un concours photo est organisé : thème libre, mais présentation d'une série.
Chaque groupe peut présenter le nombre de photos qu'il pense pertinent, dans un format qui va de 10x15 cm à 21x29,7 cm.
On peut mêler la couleur, le noir et blanc, intégrer du texte, des collages, des dessins...
Tout est autorisé au niveau des montages, de la retouche d'image : le numérique facilite bien ce travail de création.

Les séries réalisées sont exposées dans une salle. On peut réaliser un CD-ROM, à partir duquel on visualise les travaux sur écran.

III. Visualisation des photographies.
Le tirage sur papier photo coûte assez cher. Il faut faire preuve de discernement : imprimer en qualité photo seulement ce qui le mérite, recadrer éventuellement. Ce qui est moins important, on l’imprime sur papier ordinaire, en qualité ordinaire (les imprimantes jet d’encre actuelles s’acquittent correctement de cette tâche).

Si la prise de vue est numérique, on peut visualiser le plus souvent l’image (avant et après le déclenchement) sur un petit écran LCD ; l’image est petite, mais c’est déjà très intéressant : l’évaluation est immédiate et très pédagogique.

On peut même afficher simultanément sur 2 écrans informatiques (ce peut être un vidéo projecteur) reliés à un seul ordinateur : la qualité est superbe, et ça permet des séquences collectives en classe.
La plupart des appareils photos numériques proposent la sortie des photos sur écran de télévision, via un câble fourni avec l’appareil (la qualité est moins bonne car on est limité à 50 Hz).

En conclusion.
Au fil des utilisations en classe de la photo numérique, d’autres pistes s’ouvrent, les enfants eux-mêmes en proposent, c’est souvent un jeu pour eux.
Ils sont prêts à tout photographier, tout imprimer (sans se préoccuper du prix des cartouches d’encre).
C’est l’occasion de leur demander un effort de sélection et d’anticipation. Une photo se compose dans la tête, l’appui sur le déclencheur est l’aboutissement d’une réflexion.
Devant cette avalanche (en quantité, pas toujours en qualité), l’enfant doit apprendre à lire les images, à avoir une attitude critique vis à vis d’elles. Derrière chacune d’elles, il y a une personne, avec quelle intention ?
C’est en étant lui-même concepteur, puis créateur, retoucheur et imprimeur qu’il en maîtrisera les clés de lecture, devenant alors apte à exercer un jugement personnel pertinent.
L’enseignant est là pour le guider, l’aider à faire de la photo un outil d’expression et de culture.

Remarque : Pour exploiter en classe ces photos, il faut en demander l’autorisation aux parents, notamment quand un seul enfant figure sur l’image. L’enseignant sera bien inspiré de faire signer cette demande écrite, qui explique bien l’utilisation pédagogique.

D'après Pierre Salbrèque : http://www.ac-nancy-metz.fr/ia88/ienremiremont/photo_menu.htm

Logiciels

Dimensionner, créer
des effets artistiques

photofiltre

http://photofiltre.free.fr/

tutoriels

http://photofiltre.free.fr/tutoriels.htm

Notice succinte

Atténuer l'effet yeux rouges

redeye

http://www.chambily.com
Dans la section logiciels, cliquer sur le lien "images", puis anti yeux rouges et télécharger le logiciel

Lisser les portraits

cleanskinfx

http://www.mediachance.com/digicam/cleanskin.htm

Corriger le contraste

castfx

http://www.mediachance.com/digicam/castfx.htm
Cliquer sur le lien ccastfx.zip (sous stand alone version 1.0), enregistrer le fichier puis extraire le fichier setup.exe pour l'installer

Améliorer les défauts automatiquement

dcenhancer

http://www.mediachance.com/digicam/enhancer.htm

Déformer une image

anmanie

Deformerpro

 

http://tiry73.free.fr/anm/anmanie.htm

télécharger : http://nlac.uw.hu/

Tutoriel

Réduire la taille d'une image

Imageresizer

tutoriel

Faire une copie d'écran

Votre clavier

Tutoriel

La recherche visuelle

Voir l'article intitulé "Effectuer une recherche à l'aide d'une image"

 

 
Twitter   Facebook  
  Flux RSS