S'identifier

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur le site. Merci de cliquer sur "OK" pour donner votre accord.
Vous pouvez changer d'avis en modifiant les paramètres de sécurité de votre navigateur. Pour davantage de détails, consulter ici notre Politique de confidentialité.

OK



2018-2019

Concours Interacadémique des Olympiades de Physique de France

Alicja Arette-Hourquet, physique-chimie

Cité Scolaire Saint Exupéry - Lyon (69004)



olympiades physiquey saint ex lyon
olympiades physiquey saint ex lyon

olympiades physiquey saint ex lyon 2
olympiades physiquey saint ex lyon 2

sinusoide infernale
sinusoide infernale

classes

Classes

Classes concernées
Elèves de Terminale S :
Romane Peronnet et Louis Bonnefond-Forest pour « Le Pendule qui nous fait tourner la tête »
Clara Oriol et Annouk Sabouret pour « La sinusoïde infernale »

Enseignants impliqués
Linda Gostiaux, physique-chimie

Disciplines
Physique-chimie

partenaire

Partenaires artistiques et culturels

M.Gostiaux , Laboratoire de Mécanique des Fluide et Acoustique, Ecole Centrale de Lyon
M.Dagois-Bohy , Université Lyon 1
M.Eyraud, Ecole Normale Supérieure de Lyon



details

Détails

Description du projet
Groupe « Le Pendule qui nous fait tourner la tête »
Grâce à l’aide de l’Ecole Centrale de Lyon et de l’Ecole Normale de Lyon, les élèves travaillant sur le Pendule ont pu installer un Pendule de Foucault dans le gymnase du Lycée Saint Exupéry. Ils ont alors pu réaliser une étude expérimentale de sa déviation, à partir d’enregistrements de mouvement. M.Gostiaux de l’Ecole Centrale de Lyon, est venu les épauler à de nombreuses reprises. Ils ont montré beaucoup de motivation et de ténacité pour montrer que la Terre tourne ! Ils ont aussi apporté un volet artistique à leur travail grâce à l’aide de Mme Auger, professeur de musique et la participation d’un danseur de la classe de TMD.
Groupe « Le Pendule qui nous fait tourner la tête »
Les élèves travaillant sur la « Sinusoïde infernale » ont monté une expérience étonnante dans laquelle l’eau semble s’écouler suivant une sinusoïde. Grâce à l’aide de chercheurs (notamment M.Dagois-Bohy de Lyon I) elles ont pu comprendre le phénomène et étudier les paramètres qui l’influencent.

Objectifs
Les objectifs visés ont été de faire effectuer aux élèves un travail expérimental de recherche et apprendre à présenter leur travail en public.
Pour cela les groupes ont tout d’abord présenté leur travail lors de la fête de la science à l’IUT Lyon 1 où ils ont rencontré un accueil enthousiaste de la part des organisateurs et du public.
Ils ont ensuite poursuivi et approfondi leur travail, rédigé un mémoire et préparé un exposé qu’ils ont présenté devant un Jury très impliqué dans le cadre des Olympiades Interacadémique à l’Ecole Normale de Lyon le 5 décembre. Ils ont été sélectionnés pour le Concours National qui aura lieu à Lille le 1er et 2 février 2019. Nous avons été particulièrement heureux que les deux groupes puissent aller à Lille pour partager avec d’autres jeunes et adultes passionnés. Ils poursuivent actuellement leur travail pour le concours national des Olympiades de France.

Organisation
Les élèves ont commencé à travailler sur le sujet en 1S dans le cadre d’un TPE couplant la physique et les arts plastiques, qu’ils approfondissaient les mercredis après-midi dans l’Atelier « Arts et Science » financé par la DAAC. A la fin du TPE (qu’ils ont brillamment réussi) nous leur avons proposé de continuer et approfondir leur travail pour le présenter aux Olympiades de Physique France. Ils sont alors venus dès qu’ils pouvaient (heures de permanence, mois de juillet après les épreuves de bac…) pour réaliser les expériences. Ce travail expérimental ainsi que celui de traitement de données a continué durant le premier trimestre de terminale suivi d’un travail de rédaction du mémoire et de préparation de l’oral. Le projet a donc demandé un fort investissement pour les élèves et les professeurs mais nous a apporté à tous du plaisir et de la satisfaction.
En classe de 1ère les élèves y ont consacré 2h par semaine tous les mercredi après-midi, puis dès fin mars en moyenne 1 à 2h par semaine en plus pour faire les expériences, rencontrer les chercheurs.
En classe de TS, ils ont consacré au moins 3-4h par semaine pour les rencontres avec les chercheurs, les améliorations des expériences, l’approfondissement théorique, la rédaction du mémoire, la préparation de la présentation et l’entrainement à l’oral ; sans oublier les samedis consacrés aux expositions publiques (portes ouvertes, fête de la science…) , les expériences faites au Lycée en juillet après le bac de français.
Bref un engagement très conséquent pour les élèves et les professeurs encadrants, mais un grand plaisir de travailler avec les élèves motivés et de leur transmettre sa passion. Grâce aux Olympiades, ce travail est pleinement valorisé et les élèves ont l’opportunité de rencontrer d’autres jeunes et moins jeunes passionnés.

contact

Contact

Alicja Arette-Hourquet

pour école de la confiance