S'identifier

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur le site. Merci de cliquer sur "OK" pour donner votre accord.
Vous pouvez changer d'avis en modifiant les paramètres de sécurité de votre navigateur. Pour davantage de détails, consulter ici notre Politique de confidentialité.

OK



2017-2018

Courteline réécrit par les élèves

Judith Rosenfeld

Lycée André Cuzin - Caluire et Cuire (69300)



georges courteline circa 1890 2
georges courteline circa 1890 2

classes

Classes

Classes concernées
27 élèves de seconde aménagement et finition et seconde organisation du gros œuvre

Disciplines
Lettres

partenaire

Partenaires artistiques et culturels

Colin Rey, Marilyn Mattei, compagnie la Nouvelle Fabrique
Captation : Bernard Crouzet



details

Détails

Description du projet
Les élèves de seconde arrivent au lycée fachés avec la langue et la littérature. Ils entament à quinze ans un cycle de trois ans d’études dans un établissement largement peuplé par des garçons (il n’y a qu’une fille participante au projet) ce qui est loin de les aider à vivre harmonieusement l’égalité républicaine entre les sexes et à se comporter de manière adéquate en société. Nous avons donc décidé de leur faire lire du théâtre et de leur faire réécrire une pièce très courte, la mettre en espace et surtout en voix pour les amener à mieux lire, entendre, écouter, comprendre, s’interroger sur un texte et des situations. Nous espérons ainsi qu’ils s’investiront autant que leurs aînés dans le parcours théâtre du lycée.

Colin Rey a proposé de travailler la peur des coups de Courteline, une scène de ménage entre une femme claquemurée par le code civil du XIXè siècle et un mari jaloux mais pas très courageux.

Organisation
En début d’année, les élèves ont fait des exercices et quelques lectures à haute voix. Ils ont choisi une pièce dans un fond constitué au CDI. Nous leur avons donné comme objectifs de présenter la pièce devant les autres élèves, de choisir un passage à lire seul ou avec d’autres. Ils ont ensuite rédigé une critique positive afin d’inciter tous ceux qui fréquentent le CDI à lire la pièce. Ils pouvaient commencer une pièce et en changer, autant qu’ils le souhaitaient, mais devaient en aimer une et faire le travail.

Nous leur avons montré des captations des spectacles d’élèves des années antérieures. Ils ont ainsi imaginé ce qu’ils peuvent construire comme objectif pour eux-mêmes et non en essayant d’être aussi bon qu’un acteur professionnel, celui que l’on admire dans les films. Nous avons visionné « Ma route » de Marilyn Mattei et ainsi pu discuter en cours du travail des intervenants.

Colin Rey et Marilyn Mattei sont alors venus présenter le projet et nous avons une première fois parcouru la petite pièce de Courteline. Elle s’articule bien avec l’objet d’étude de seconde « parcours de personnages ». Elle permet aussi d’aborder les relations entre les filles et les garçons, la jalousie, la lâcheté, les rapports de domination, la provocation. La discussion autour des personnages a permis aux élèves de se questionner sur leurs comportements et ce qu’ils révèlent sans leçons de morale mais avec une grande efficacité à moyen terme.

Marilyn Mattei est ensuite intervenue pour les aider à réécrire la petite pièce. Les élèves ont travaillé par deux, chaque groupe sur une séquence. La nouvelle pièce a été lue en présence de Colin Rey. Nous nous sommes alors posés des questions de registre de langue. Les élèves ont rectifié certains passages, bien plus proches de la violence verbale de certains chansonniers qu’ils écoutent que de ce qu’ils entendent autour d’eux. Ils se sont demandés quels mots choisir pour faire réagir le public c’est-à-dire les autres élèves, les professeurs, le proviseur, quelques parents peut-être. Enfin, ils se sont fixés sur une version.

Parallèlement, les élèves ont été invités à voir le spectacle de Camille Boitel aux Subsistances et À la trace aux Célestins en compagnie des classes de terminale. Tous ne sont pas venus mais ceux qui étaient là ont encouragé les autres à s’investir. Ils ont tous assisté à la restitution du projet inter-établissement mené entre le lycée Cuzin, le lycée Albert Camus et avec le théâtre des Célestins. Ils ont ainsi vu leurs aînés sur scène.

Ils ont répété en demi-groupe puis en groupe. Un groupe a joué Elle, un second Lui et deux élèves ont joué les didascalies. Ils ont proposé des moments de chœur, des mouvements, des effets de voix.

La restitution a eu lieu au lycée. Quatre classes étaient invitées dont une classe d’élèves qui apprennent le français. De nombreux professeurs étaient présents. Colin Rey et Marilyn Mattei ont dit la pièce de Courteline d’abord puis les élèves ont proposé leur réécriture.

La pièce a été captée et montée par les bons soins de Monsieur Crouzet, professeur de mathématiques.

Bilan

Les élèves racontent leur parcours dans un article publié dans la gazette du lycée. Tous n’ont pas rédigé cette dernière phase du travail parce qu’ils partaient en stage au lendemain de la représentation.

Les élèves ont été spectateurs, auteurs et acteurs au même moment. Ils ont vraiment écouté la mise en voix et ont compris des aspects qui leur avaient échappés ou qui ne les avaient pas intéressés. Ils ont donc appris à relire et entendre. Ils se sont investis dans le groupe et pour le groupe. Leur regard sur le travail des autres est devenu plus intéressant, plus positif et plus constructif. Ils se sont aussi sentis regardés de manière positive, même lorsqu’ils cherchaient à bousculer un peu le public. Ils ont réfléchi aux relations entre les hommes et les femmes mais aussi à leurs stéréotypes de genre et à l’homophobie latente qui empoisonne leur construction, durant le travail autour du lexique qu’ils utilisent sans en comprendre le sens.

Enfin, ils ont découvert et apprécié un texte du XIXè siècle et ont lu des textes du XXè siècle. La plupart d’entre eux souhaitent poursuivre la pratique du théâtre l’an prochain.

video

Média

contact

Contact

Site(s) web



pour école de la confiance