"Ai Weiwei Libero" au Palazzo Strozzi à Florence
Article mis en ligne le 9 novembre 2016 par Claire Freyssenet-Boisselier
Imprimer cet article logo imprimer

Ai Weiwei est l’un des artistes au programme de terminale littéraire spécialité arts plastiques. Nous avons eu l’occasion de visiter l’exposition intitulée Ai Weiwei Libero , rassemblant plus de soixante œuvres, au Palazzo Strozzi à Florence, le vendredi 14 octobre 2016 lors de notre voyage en Toscane avec les élèves italianistes.

JPEG - 5.5 Mo
Affiche de l’exposition (photographie de Molie)

Reframe, 2016

Reframe , 2016, 22 bateaux de sauvetage orange accrochés sur les deux façades du Palais renaissance. (Source de l’image : http://www.designboom.com/art/ai-we...)

"C’est la première œuvre visible pour tout le public. Elle se trouve sur les façades du Palais. Ai Weiwei joue avec l’architecture du Palais en plaçant les bateaux de sauvetage au niveau des grandes fenêtres. Ces bateaux créent un cadre pour ces ouvertures et leurs volumes font écho avec l’appareil à bossages. La couleur rouge interpelle immédiatement le spectateur par le contraste avec la couleur de la pierre. Ces bateaux s’effacent aussi car ils participent, construisent, l’architecture du Palais. Ces bateaux de sauvetage rappellent ceux des migrants qui viennent s’échouer sur les côtes italiennes." (Léa)

Quelques œuvres de l’exposition présentées par les élèves.

Snake Bag, 2008

Au mur : Snake Bag , 2008 369 sacs à dos ; 40 x 70 x 1700 cm (photographie d’Emilie).

Au sol, au premier plan : Rebar and Case , 2014

"Cet immense serpent en relief, accroché au mur, m’a marqué au premier coup d’oeil. Son quadrillage noir et blanc crée un rythme et accentue un effet de perspective qui semble monumentaliser l’œuvre.

Le 12 mai 2008, la province de Sichuan, au centre ouest de la Chine, a été le centre d’un tremblement de terre de magnitude 7,9 sur l’échelle de Richter provoquant 60 000 morts. En raison de la mauvaise qualité des matériaux utilisés pour la construction des écoles, des milliers d’écoliers sont morts. Le serpent, symbole de la province Sichuan, est donc constitué de sacs d’écolier en mémoire de ceux-ci." (Sarah)

Snake Bag , détail, 2008

Ai Weiwei prête énormément attention à la mise en espace de ses œuvres en utilisant un principe de répétition (ici la répétition des matériaux utilisés, les sacs d’écolier), d’échelle, d’installation. Dans Snake Bag, l’immensité de ce serpent sinueux, accroché au mur oblige le spectateur à lever la tête et à suivre cette ligne serpentine." (Sarah)

"J’ai trouvé l’œuvre belle, malgré le contexte de sa création. En la regardant, elle est à la fois paisible et lugubre." (Raksmi)

"Le serpent, symbole de mort, est aussi un symbole de santé et de connaissance chez les chinois." (Yilu)

" Avec Rebar and Case , l’artiste crée des cercueils ayant la forme des barres de fer de mauvaise qualité ayant servies à la construction des écoles et déformées par les effondrements." (Yilu)

Grapes, 2015

Grapes , 2015 18 tabourets de la dynastie Qing (1644-1911) ; 190 x 190 x 170 cm (photographie d’Emilie)

"Lorsque nous faisons l’expérience de l’accrochage, une similitude est visible entre l’œuvre, Grapes et le papier peint au mur, The Animal that Looks like a Llama but is Actually an Alpaca . Pour la première œuvre, une forme circulaire, en volume parait en mouvement. Avec l’absence de socle, l’œuvre crée une dynamique dans l’espace du spectateur. On retrouve au mur, dans les deux dimensions, cette forme circulaire en motif de papier peint, comme un écho formel." (Raksmi)

Détail du papier peint au mur (photographie d’Emilie) : The Animal that Looks like a Llama but is Actually an Alpaca , 2015

Stacked, 2012

Stacked, photographie de Sarah.

Stacked , 2012 ; Bicyclettes (sans selle, ni pédalier, ni guidon) ; 572 x 1214,7 x 733,9 cm (photographié par Sarah).

Détail de l’œuvre photographié par Molie.

Mise en espace des œuvres photographiée par Sarah.

Au premier plan : Map of China , 2008 ; bois provenant de temples démontés de la dynastie Qing (1644-1911) ; 161 x 215 x 170 cm.

Au mur : The Animal that Looks like a Llama but is Actually an Alpaca , 2015, papier peint.

En arrière plan : Stacked , 2012

Han Dynasty Vases with Auto Paint, 2014

Au premier plan sur le socle : Han Dynasty Vases with Auto Paint , 2014 (photograhie de Raksmi)

Au mur : Dropping a Han Dynasty Urn , 2006, briques de LEGO, 119,9 x 153,5 x 3 cm chaque.

"L’accrochage met en relation les deux œuvres, en accentuant le sens donné par l’artiste. La première œuvre est présentée sur un socle blanc, huit vases antiques recouverts d’un couche de peinture métallisée utilisée pour les voitures. Cette couche de peinture dénature-t-elle l’origine et l’histoire de ces vases ? La deuxième œuvre au mur est constituée de trois tableaux réalisés en briques LEGO représentant Ai Weiwei brisant un vase de la dynastie Han. cette œuvre fonctionne comme une séquence en trois étapes de la destruction du vase. Ces deux œuvres se situent entre emprunt à la culture chinoise et rébellion." (Maélys)

"L’accrochage crée une combinaison entre les deux œuvres. L’une de ces œuvres concerne la présentation des vases sur un socle, la seconde la représentation de la destruction d’un vase par Ai Weiwei." (Amélie)

D’autres œuvres présentées dans l’exposition et photographiées par les élèves

Divina Proportio, 2014

Au premier plan : Divina Proportio , 2014 ; 278 x 278 x 262 cm (photographie de Raksmi)

Au mur : Dante Alighieri in LEGO , 2016 ; briques de LEGO ; 152 x 114 x 1,7 cm et Galileo Galilei in LEGO , 2016, mêmes dimensions.

Feiyu, 2015

Feiyu , 2015, bambou et soie, 60 x 320 x 200 cm, œuvre présentée dans la salle Mythologies .

Taifeng, 2015

Taifeng , 2015, bambou et soie, 200 x 170 x 86 cm, œuvre présentée dans la salle Mythologies . (Photographie de Molie)

Taifeng , 2015 et Huantouguo , 2015, bambou et soie, 250 x 400 x 170 cm, œuvres présentées dans la salle Mythologies . (Photographie de Sarah)

Table with Two Legs on the Wall, 1997

Table with Two Legs on the Wall , 1997, Table de la dynastie Qing (1644-1911), 122 x 90,5 x 118 cm. (Photographie de Sarah)

Free Speech Puzzle, 2014

Free Speech Puzzle , 2014, Porcelaine peinte à la main à la manière de la dynastie Qing (1644-1911).

The Wave, 2014

The Wave , 2004, Porcelaine, 25 x 40 x 40 cm. (Photographie de Sarah)

Leg Gun, 2014

Leg Gun , 2014, détail du papier peint.

Pour compléter la découverte de cette exposition et de l’artiste Ai Weiwei :

Au CDI :

Le catalogue de l’exposition est disponible : ai weiwei LIBERO , 2016, Editions Giunti, Fondation Palazzo Strozzi, Florence (Côte : 709.05 WEI)

Le Monde est leur atelier (Ai Weiwei, Gabriel Orozco, Pascale Marthine Tayou) , Bruno Durand et Morgan Labar, Editions CANOPE, 2016.

Des sites à consulter : http://www.palazzostrozzi.org/mostr... http://culturebox.francetvinfo.fr/e...

puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce RSS puce Valid XHTML 1.0 Strict
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V2
Version :