Des espaces communs

Dans le cadre d’une classe à PAC (classe à projet artistique, financée par le Rectorat) et d’un projet Club Culture (financé par la Région) les élèves de seconde option facultative arts plastiques et de première enseignement de spécialité arts plastiques réalisent un projet pluridisciplinaire ( Philosophie avec Monsieur Brugère et Arts plastiques). Ce travail est mené avec deux professionnelles : Yveline Loiseur, photographe et Maryelle Mathevot, architecte.

Article mis en ligne le 9 novembre 2016 par Claire Freyssenet-Boisselier
Imprimer cet article logo imprimer

DES ESPACES COMMUNS

Comment percevoir l’espace du Lycée qui est commun aux élèves, aux personnels et aux enseignants ?

De quelle manière ces espaces développent-ils le "vivre ensemble" ? Quels sont les modes d’appropriation de ces espaces ?

Comment le Lycée s’inscrit-il dans le tissu urbain et quels sont les liens avec l’architecture du quartier des Etats-Unis de Tony Garnier ?

Comment dire l’espace à travers les différentes formes d’expression ?

Dans le cadre d’une classe à PAC (classe à projet artistique, financée par le Rectorat) et d’un projet Club Culture (financé par la Région), les élèves de seconde option facultative arts plastiques et de première enseignement de spécialité arts plastiques réalisent un projet pluridisciplinaire ( Philosophie, avec Monsieur Brugère et Arts plastiques). Ce travail est mené avec deux professionnelles : Yveline Loiseur, photographe et Maryelle Mathevot, architecte.

Photographie d’Emilie

Proposition de travail pour une réflexion sur les espaces communs Rencontres entre architecture et photographie, arts plastiques et philosophie

L’espace du lycée, les spécificités de son architecture, la présence humaine, jouent un rôle déterminant dans les réalisations des élèves. Les relations qui s’établissent entre l’espace, l’architecture et les corps, mettent en œuvre une réflexion sur les manières de s’approprier les lieux. Par exemple :
- S’y blottir,
- Se rencontrer,
- Découvrir
- Traverser
- Rêver
- Construire … Cette liste est à compléter en étant attentif à votre expérience et votre vécu des lieux. Comment vit-on ensemble dans ces différents espaces communs ?

Photographies de Mostafa

Croquis préparatoires de Mostafa

En utilisant la photographie (qui peut être associée à d’autres techniques comme le dessin, l’aquarelle, le photomontage…), mais aussi en réalisant des maquettes, ou des volumes, ou des interventions dans l’espace réel, votre projet rendra compte de ce vécu et de l’appropriation de ces espaces communs aux élèves, aux personnels d’entretien, aux personnels administratifs, et aux professeurs.

Lose your self

Lose your self , photographies et maquette de Sarah et Yilu

" Entre deux heures de cours, à l’heure où une pause s’impose, une autre épreuve s’impose à nous. Là où il faudrait se reposer, partager un repas entre amis et discuter. N’est-il pas épuisant d’attendre parfois jusqu’à une heure dans ce couloir glacé en hiver, étouffant en été. On se colle les uns aux autres et un régime de priorité plus ou moins officiel s’opère depuis la nuit des temps : la loi du plus fort. Les jeunes doublent, bousculent, attendent, écoutent leur musique en espérant s’évader, immobiles durant des minutes qui semblent des heures... Un point de vue artistique sur quelque chose de banal, se répétant tous les jours dans notre espace commun." (Sarah et Yilu)

Quelques axes à travailler :
-  Les spécificités de l’architecture du Lycée
-  Les usages proposés par l’architecture du Lycée : Aborder les notions de vivre ensemble par un questionnement sur les espaces communs. Observer, voir, percevoir autrement son lycée et le lycée dans son quartier. Comprendre les différents degrés d’intimité des espaces communs. S’approprier un espace commun afin de le questionner dans son échelle, son rapport aux autres espaces, ses qualités spatiales, visuelles, sonores.
-  Votre vécu.

Ensemble seul

Ensemble seul , maquette de Julia et Sonia

Ensemble seul , photographie de la mise en espace de la maquette, Julia et Sonia

Ensemble seul , photographie de Julia et Sonia

Rupture des temps

Rupture des temps , maquette et photographies d’Amélie et Emilie

"Dans cette maquette, différents thèmes tels que l’usure et le malaise sont abordés, établissant un lien entre lycée et espace commun. En effet, le lycée est un lieu de passage qui au cours du temps se dégrade par la venue successive des élèves. L’usure est le sujet dominant de notre maquette. Elle est traduite par une superposition de couches et l’utilisation très variée de matériaux présents pour faire défiler les différentes époques. Notre maquette doit donc être touchée."

Rupture des temps

"L’idée du malaise produit par le jugement du regard d’autrui est également traduite à travers les miroirs. Ceux-ci sont brisés afin de montrer la vision déformée que les autres peuvent se faire de nous dans les espaces communs. Le malaise est approfondi par la posture hésitante du personnage traduisant ainsi l’idée du stress que l’on peut retrouver à travers un cri qui est représenté dans la photo par une vitre brisée."

Photographie d’Emilie

Séparations

Séparations , photographies et maquette de Maélys et Molie

"Un espace commun, voilà comment nommer ce lieu de rencontre inévitable avec l’autre. Voici un espace où l’on peut être regroupé ou isolé, ou même être les deux à la fois. C’est en tout cas ce que nous avons voulu représenter. Les espaces sont souvent composés d’un intérieur et d’un extérieur, séparés par une porte. Et si nous pouvions faire de même avec notre personne ? cela vous semble flou ? Qui ne s’est jamais senti à la fois présent physiquement dans un espace et à la fois absent par l’esprit ? Qui n’a jamais dissimulé derrière son apparence ce qu’il était réellement dans un espace public ? Qui ne s’est jamais rendu compte de son détachement face à certaines personnes dans certains endroits ? En collectivité les séparations sont nombreuses, nous vous proposons de vous interroger sur celles-ci."

Surveillance

Surveillance , photographies et maquette de Benjamin

L’Univers du Lycée

"La maquette représente le hall d’entrée du Lycée avec une planète à l’intérieur. L’idée de départ est venue d’une photo que nous avons prise. Elle représente une flaque d’eau avec deux couleurs, rouge et bleu, et une ombre plus sombre."

"Cette image fait beaucoup penser à l’espace infini, sans limite, d’où l’idée de peindre les murs intérieurs du hall avec les couleurs de l’espace et aussi réaliser un volume qui évoque la planète dans laquelle on a placé la photograghie. Les personnages ne sont pas à taille réelle par rapport au bâtiment, ils sont de taille réduite pour donner une idée de grandeur face à la planète. On a troué les murs du hall pour faire passer la lumière, donner l’impression que les étoiles brillent et pour éclaire la planète. On a réalisé ce projet pour présenter la grandeur du Lycée et son effet imposant. Les lumières font référence au nom du Lycée."

Photographies et maquette de Lina et Lisa

Croquis préparatoires de Lisa et Lina

Couloir sans fin

Couloir sans fin , photographie de la mise en espace de la maquette, Mathilde et Nicolas

" Ce couloir semble infini. Le miroir situé au bout du couloir de la maquette réfléchit celui-ci indéfiniment. Les fenêtres sur les côtés sont comme une échappatoire possible, mais l’on se rend compte que l’on se retrouve toujours dans ce couloir. Le personnage est coincé dans ce labyrinthe, forcé d’avancer lentement jusqu’au bout."

R

R , comme une aire de rencontres, de partages et d’échanges, de Mélanie

Le Labyrinthe

Le Labyrinthe de Arlène

"Sur ces murs, il y a des photographies des différents espaces communs du Lycée. Par exemples, les couloirs du Lycée, des plantes dans la cour, les escaliers… Ces photographies montrent l’extérieur ou l’intérieur du lycée. Ce sont parfois des détails ou des vues d’ensemble. Cette boîte contient cinq personnages debout. Ils sont positionnés entre les couloirs ou en dehors. Ces cinq personnages sont à des échelles différentes. Certains sont petits, d’autres sont grands. La différence de taille des personnages montre que dans certains endroits on se sent « oppressé » et dans d’autres petits, perdus par rapport à la grandeur de l’espace. En effet, un personnage de grande taille se retrouve entre deux murs et cet espace qui l’entoure est plus petit. Cela s’accentue avec la photographie prise à l’intérieur, comme les couloirs, les escaliers… Alors qu’un personnage de petite taille se retrouve devant la grandeur des murs qui l’entoure et l’espace devient plus grand."

Intimité Public

"Notre réalisation Intimité Public représente la rencontre avec nos camarades et nous même à notre arrivée en seconde. Cette rencontre a été très intime, nous avons appris à nous connaître en cercle restreint dans la cours du lycée. Seulement cette intimité que nous partagions était visible aux yeux de tous, mais personne ne pouvait entrer dans cette sorte de cercle de confiance. C’est donc cette rencontre que nous avons voulu partager. Ce qui est étonnant c’est que malgré le fait que cette scène ait été représentée, cette intimité entre les petits personnages présents sur la maquette semble tout à fait réelle. Le spectateur est alors mis à l’écart de cette conversation fictive tout comme les passants qui se trouvent en dessous de la scène."

Intimité Public , Croquis préparatoires d’Anaïs et Raksmi

Site à consulter, le CAUE Rhône Métropole (Centre d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement, 6bis quai Saint Vincent, 69 001) :

http://www.caue69.fr//modules/smart...

Avec la fiche action et la fiche réalisation à télécharger.

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • Fiche Bilan disponible au CAUE
  • Taille du fichier : 1 Mo
  • Format : PDF
  • Fiche des réalisations disponible au CAUE
  • Taille du fichier : 1.5 Mo
  • Format : PDF
puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce RSS puce Valid XHTML 1.0 Strict
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V2
Version :