Recueil de Maximes
Le projet
La maxime qui nous intéresse ici est l’une des trois composantes du cadran solaire, avec le tracé horaire et les éléments décoratifs. Ainsi peut surgir, au détour d’une façade, un trait philosophique , quelquefois sentencieux, métaphysique, goguenard ou pragmatique : Quelques maximes relevées sur des cadrans anciens en donne un premier aperçu.
Les maximes semblent fonctionner comme des exergues à une réflexion sur le temps. La lecture de l’heure solaire est efficacement accompagnée par cette «information», aujourd’hui décalée dans nos espaces publics surchargés de mots directement fonctionnels ou publicitaires.
Je vous propose un premier choix de phrases dont l’esprit correspond aux cadrans que je réalise, qui n’est qu’une introduction subjective à un «livre des maximes» ouvert ici et en attente de votre proposition.
 
Quelques maximes relevées sur des cadrans anciens
Les maximes indiquent en filigrane l’ambiance culturelle d’une communauté ou d’une époque. Leur statut de proverbe s’associe à la mesure du temps et au symbolisme de l’ombre. Généralement un sujet fantomatique s’adresse à nous, nous tutoie, nous invite :

« Peut-être à l'heure que tu comptes / Faudra mourir et rendre compte» Ornon (F-Isère)1798
«O voyageur voici l'heure / Pense à ta dernière demeure» Saint-Simeon de Bressieux (F-Isère)
«Vivre n'est pas autre chose que mourir» Les Avenières, (F-Isère) 1838
«Redoute la dernière» Claix (F-Isère)
« La mort n'a point d'heure fixe» Cure d'Eybens, (F-Isère) 1812
« Toutes vous meurtrissent, la dernière vous assomme» Montmeyran près de Varage (F-Var); La Combe-Bernard, (F-Hautes-Alpes) 1860.
«Nous sommes ombre et poussière» Cure de Réaumont, 1808 (F-Isère)
«C'est l'heure de bien vivre» Apprieu, 1831 (F-Isère)
«C'est l'heure de boire» Beaucroissant, 1796 - Côte Saint-André (F-Isère)
«Autant boire ici qu'ailleurs» Auberge Saint-Didier de la Tour (F-Isère)
«Nous sommes tous égaux en droit» Cras, (F-Isère) 1793
« Ne les compte pas, mets les à profit» Saint-Hilaire de Rosier, (F-Isère) 1770
« Si le soleil fait défaut, nul ne me regarde» Colmars (Alpes-de-Haute-Provence) Chambéry et Grenoble (Isère)
«Passant qui que tu sois / Arrête-toi ici et bois» Auberge de Lans, (F-Isère) 1850
«Passant si tu veux jouir des douceurs de la vie/ Repose-toi à l'ombre de ces forêts» Sylve Bénite, (F-Isère) 1832
«Je suis la mesure du temps / Tel qu'on mesure on sera mesuré» La maison du Roi (F-Queyras - Hautes-Alpes)
«Par l'ombre la vérité» Saint-Cassien (Isère)
«Je suis la fille du soleil, ma mère est en fer, par l'aspect je ressemble à ma mère, à mon père par la mobilité» Montigny, (F-Savoie)1701
«Celui qui dort la grasse matinée doit travailler l'après dîner» La Chapelle de La Tour du Pin (F-Isère)
«Que le soleil ne se couche pas sur votre colère» Chambéry, (F-Savoie) 1694
«Le soleil se lève pour tous» Cervières (F-Hautes-Alpes)
«Passe le temps, sonne l’heure / Les jours s’en vont je demeure» Apollinaire (le pont Mirabeau)
Maxime prochainement insérée dans un cadran solaire à Tournoux (F-Alpes de Hte provence)
«Quand le style va tout va» Brignais (F-Rhône)

La liste des maximes historiques est longue...
Des recherches seraient à faire pour classer, par exemple, les messages épicuriens et cartographier les lieux plus enclins que les autres aux plaisirs de la vie...
Un message qui revient souvent dans le cadran ancien, est la réflexion sur lui-même, parfois son propre éloge. Ses liens avec le soleil sont un sujet de méditation récurent. Parfois son fonctionnement est une source d'admiration. Le cadran, miroir et usage du soleil s'étonne lui-même, son regard est narcissique.

Les créations de cadrans solaires font encore souvent appel à ces modèles de maximes, dont certaines évoquent des préoccupations sans âge : vous ouvrir cette page permettra d'enrichir la liste par de bons mots qui ne soient pas que sentences traditionnelles.

Remonter
Le projet
 

Exergues à une réflexion sur le temps

Le Temps mesuré par une ombre stimule naturellement la réflexion «philosophique». Il y a plusieurs raisons d’y mettre des guillemets, mais laissons-les prudemment en suspend : la science et ses prolongements conceptuels, la philosophie et ses syllogismes poétiques, la poésie et son ancrage dans la réalité tracent, dans toutes les langues, des silhouettes de l’énigme du Temps. Sous un soleil probable, chaque bibliothèque peut en donner l’idée :

«Comprendre clairement la situation / Comprendre la situation clairement» Olivier Cadiot (l’art poétic’ 1983)

«L’unité de temps-étalon dite seconde internationale, est définie depuis le 1er Janvier 1972 par la période de transition entre deux états électroniques d’un atome de césium».

«Il importe peu que le temps soit mesuré par des distances, des durées ou d’autres grandeurs physiques.»
Alexandre Friedmann (1888-1925)

« Les unités de temps sont aussi arbitraires que celles de l’espace et n’ont été adoptées que par la tradition et leur commodité pour la vie quotidienne.»
Alexandre Friedmann (1888-1925)

«Il est facile de montrer que Copernic dit vrai sans avoir besoin d’être sur le soleil, dit le cuisinier: Qui a jamais vu le four tourner autour du rôti ?»
Mikaïl Lomonossov (1711-1765).

Le cadran est généralement daté, ce qui aide à l’interprétation de la maxime. Notre époque de «mémoire» permet de jouer sur une date propre à la maxime et d’induire ainsi la présence d’un temps long historique simultanément au temps circulaire et cyclique de l’ombre:

«Le temps est le nombre du mouvement»
Aristote (384-322)

«le temps n’est pas le mouvement des corps mais une distension de l’âme»
Saint Augustin (354-430)

«Chacun est pour soi le seul point fixe dans l’univers»
Cioran, (Précis de décomposition- 1949)

«Vainement ton image arrive à ma rencontre / Et ne m’entre où je suis qui seulement la montre
Toi te tournant vers moi tu ne saurais trouver / Au mur de mon regard que ton ombre portée»
Aragon (Le fou d’Elsa), cité par Lacan dans son séminaire - livre XI (Quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse) :
Substituer à Elsa devenue «l’Autre» pour Lacan, un soleil simplement aveuglant, peut être un jeu plaisant. La deuxième strophe citée par Lacan peut d’ailleurs offrir une autre maxime pour un autre cadran; le recours aux vers d’Aragon semble alors inépuisable au premier ou au second degré :
«Je suis ce malheureux comparable aux miroirs / Qui peuvent réfléchir mais ne peuvent pas voir»
(Il est bien pratique que plusieurs sujets puissent prendre la place du «Je» : soleil, ombre, cadran, style, propriétaire de la maison, artiste...)

Un trait d’esprit dadaïste, certaines fulgurances littéraires, un slogan situationniste, inscrits au cadran peuvent évoquer une ombre plus idéologique de manifestes et d’éthique :

«Je veux, par principe, des droits égaux pour tous les hommes, l’idiot, le sifflement des rails et la pompe à pensées»
Kurt Schwitters (Anna Blum-1922)
«3 ou 4 gouttes de hauteur n’ont rien à voir avec la sauvagerie» Marcel Duchamp (inscription sur un ready-made 1916).
«Une insinuation simple au silence enroulée avec ironie» Mallarmé (un coup de dés)

«Nous n’avons rien à nous que le temps, dont jouissent ceux mêmes qui n’ont point de demeure»
Baltazar Graciàn y Moralès (l’homme de cour) cité en exergue par Guy Debord :
«Le temps de la production, le temps-marchandise, est une accumulation infinie d’intervalles équivalents»
(la société du spectacle-1971)

«Que le ciel vous soit propice / je cours tu cours il court / je courais nous courions je courus / que je coure que tu coures qu’il coure» Olivier Cadiot (Futur, ancien, fugitif - 1993)

Probablement ces exemples s’éloignent du canon, de Montesquieu...Il ne s’agit que d’une dérive impliquant le Temps dans ma bibliothèque, elle-même établie comme un archétype ordinaire de l’Eternité. Dans les tiroirs grinçants de sa perpétuelle maigreur, s’égarer donne parfois l’impression d’inventer.

Pour une façade aujourd’hui en quête de cadran, instrument de mesure du temps juste assez désuet pour être observé, une maxime judicieusement connotée peut aider à la conception d’un instrument efficace ...




un premier choix


«Le Temps est la reproduction déchiquetée de l’Eternité» J.L.Borgès

«Il est impossible de réfléchir sur le temps et le mystère de la création du monde sans une accablante prise de conscience des limites de l’intelligence humaine» A.N. Whitehead

«Il est toujours plus tard que tu ne crois» proverbe chinois

«Ce que l’on nomme néant ne se rencontre que dans le temps et le discours...» Giorgio Agamben (le langage et la mort-1982)
«Dans la nuit les jours avenirs» John Cage (journal -1983)

«Passe le temps, sonne l’heure / Les jours s’en vont je demeure» Apollinaire

«La question de la naissance du temps et celle des origines resteront toujours posées» Ilya Prigogine (la fin des certitudes-1998)
«Une hypothèse infinie : Un jour le monde va disparaître» Wittgeinstein (remarques philosophiques)

«Le possible est plus riche que le réel» Ilya Prigogine (la fin des certitudes-1998)

«Ombre encre du soleil / Ecriture de ma lumière / Caisson de regrets» Apollinaire (Ombre)


Liste de maximes reçues


"Chacun porte son ombre" (anonyme - 10/05/99)
"Tout style, à un moment donné, perturbe la vérité" ( Paul et Valérie 17/06/99)
"Certains nient la misère en montrant du doigt le soleil ;
on nie le soleil en montrant la misère"
(Yvan Dhumur, citant Kafka - 22/06/99)
"Les mots n'évoquent jamais que d'autres mots" (Maxime Revol - 12/07/99)
"Il faut augmenter la dose ou changer le poison" (anonyme, d'après Gainsbourg - 19/07/99)
"Si les arbres ont des racines, les hommes ont des jambes" (Georges Steiner lu le 2/08/99)
Remonter
Remonter
 
  Remonter
 
Inscrivez dans le champs ci-dessous votre maxime.
(avec ou sans signature et notes bibliographiques selon la manière dont vous souhaitez que nous fassions apparaître sa «provenance» ).
Si vous les souhaitez, nous vous invitons à laisser votre adresse electronique.