Projet Europe à tire d’aile
Article mis en ligne le 11 mai 2009 par
Imprimer l'article logo imprimer

http://europeatiredailes.net/fr

Dans le cadre du projet Europe à tire d’aile, les élèves de seconde 7 ont rencontré, le lundi 20 avril 2009, Madame GROSSETETE, député européenne à Andrézieux Bouthéon.

Trois articles ont été rédigés par les élèves :

1er article :

Rencontre avec une député européenne : Mme Grossetête

Le lundi 20 avril 2009, à Andrezieux-Bouthéon, les élèves de seconde 7 du lycée du Forez ont rencontré Mme Grossetête dans le cadre du projet avec la LPO. Nous avons pu lui poser de nombreuses questions sur le parlement européen, le rôle de l’Europe pour la protection de l’environnement, ou encore lui parler de notre projet de réalisation d’une charte.

Le fonctionnement du Parlement Européen

Mme la député Françoise Grossetête a été 19 ans présidente du parc du Pilat et il y a 15 ans est devenu député européenne. Elle est membre de la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire. C’est aussi la membre suppléante de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie. Elle fait également partie de la commission temporaire sur le changement climatique et est membre de l’assemblée parlementaire Euro-Méditerrannée. Cette députée représente les régions Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse.

Après s’être présentée et avoir parlé de son expérience en tant que députée européenne, elle nous a expliqué le fonctionnement du parlement européen. Ce dernier comprend 785 députés. Mais avec l’application du Traité de Nice, ce nombre va diminuer pour laisser des sièges aux nouveaux pays membres. Les parlementaires se retrouvent trois semaines à Bruxelles pour deux semaines de commission et la dernière semaine, le « groupe de réunion des groupes politiques » se réunit pour discuter des votes qui vont avoir lieu la semaine suivante à Strasbourg. La présidence change tous les six mois, « en juillet 2003, la présidence était italienne, ensuite en hiver 2003, elle était britannique, le 1er juillet 2008, elle était française et maintenant elle est tchèque », nous informa t-elle. Ce qui peut poser quelques léger problèmes car « certaines présidences se sentent moins concernées que d’autres par l’environnement » nous dit Mme Grossetête. Pour faire passer une loi, il peut y avoir plusieurs lectures avant de trouver un accord qui plaise à tous. Cela peut prendre plusieurs mois, si il y a des « pressions politiques », ou plusieurs années, voir jamais, s’il n’y en a pas. Il y a, malgré tout, des difficultés à trouver une même réglementation dans toute l’Europe qui convienne à tous car les climats et ressources sont différents selon les pays.

Que fait l’Europe pour l’environnement ?

Nous avons tout d’abord demandé quel rôle avait l’Europe dans la protection de la nature. Elle nous a parlé du budget. Le parlement européen vote le budget de l’Europe. 80% du budget sert à financer la PAC (Politique Agricole Commune) et la politique régionale. Ce budget ne représente pas grand chose et il baisse « nous devons nous battre pour le maintenir » déclare la députée. Malgré tout, de nombreux programmes pour la protection de la nature disparaissent. Ensuite, elle nous a parlé du Grenel de l’environnement. Celui-ci a permis de rassembler des personnes qui ne se rencontraient pas avant ou qui n’en avaient pas l’occasion, pour discuter de l’environnement et des mesures à prendre pour le conserver. Ce programme est très important car il a permis une prise de conscience, sur la directive européenne de l’environnement, de la France qui était très en retard à ce sujet. Or, la France a beaucoup d’énergie hydraulique et est donc en avance sur ce point par rapport aux autres pays de l’Union Européenne. C’est pourquoi d’ici 2020, elle ne devra pas fournir 20% comme tous les autres, mais 23% de l’ énergie en énergie renouvelable, la Corse 27%. L’Europe s’est même engagée, en cas d’accord, à faire 30 % d’effort pour les énergies renouvelables.

Enfin, un représentant de la LPO, Renaud, travaillant dans divers lycée, dont le lycée du Forez, a parlé du projet des secondes qui est de réaliser une charte. Mme Grossetête nous a encouragés et a dit que cette charte passerait par le parlement Européen des jeunes. Si ils y trouvent de bonnes idées, ils la relaieront au Parlement Européen pour qu’ils en discutent et peut-être créer un texte. Nous espérons donc que les idées de notre charte seront prises en compte et considérées par le parlement européen.

Alison, Fatma, Dimitri,

Gabriel et Medhi

2è article :

Rencontre avec Mme Grossetête, députée européenne :

Mme Grossetête était présente lundi 20 avril à Andrézieux. Elle a profité de cette occasion pour expliquer sa vie de député, pour exposer ses projets et pour répondre aux questions des lycéens et des professeurs présents.

Présentation

Mme Grossetête est députée au sein de l’Union Européenne qui comprend actuellement 785 députés, dont 72 français. Cette femme, députée depuis 15 ans, qui apprécie beaucoup son métier, est très persévérante et optimiste. Elle est titulaire dans la commission : environnement, santé publique, sécurité alimentaire et suppléante dans la commission : industrie, recherche, énergie. Elle appartient au parti politique : UMP.

Validation d’une loi

Après sa présentation la députée a répondu à des questions posées par des lycéens et des professeurs. Une question portait sur le mode de validation d’une loi et le temps que cela pouvait prendre. Elle a expliqué que plusieurs lectures étaient possibles voir nécessaires pour trouver un accord satisfaisant. Cela peut prendre un certain temps en fonction du nombre de lectures qui peut aller jusqu’à trois ou bien à cause des pressions politiques. Une loi peut donc être votée en quelques mois, voir en quelques années, ou bien jamais !

Environnement : un sujet trop souvent négligé

Une question portait sur le budget de l’Europe consacré à la protection de l’environnement. Mme Grossetête a expliqué que 80% du budget européen était consacré à la PAC (Politique Agricole Commune) et à la politique régionale. Il reste donc peu de fonds pour l’environnement qui constitue pourtant un enjeu important à cause du manque de moyens, de nombreux programmes de protection de la nature disparaissent. La France s’est engagée à produire 23% d’énergie renouvelable et l’objectif de l’Europe est d’en produire 30% d’ici 2020. La députée a également évoqué l’importance du Grenelle de l’environnement qui a permis de rassembler des personnes qui n’avaient pas l’habitude de se rencontrer. Cette initiative proposée à différents candidats des dernières élections présidentielles a pour objectif la préservation de la planète. Le 21 octobre 2008, l’Assemblée Nationale française a adopté le projet de loi du programme de mise en œuvre des engagements du Grenelle de l’environnement. Cela permet pour un pays comme la France, qui est très en retard, une prise de conscience sur la directive européenne.

Des lycéens engagés envers la protection de la nature

Un représentant de la LPO a expliqué rapidement le projet lancé par une classe de seconde qui consiste à rédiger une charte sur la protection de la biodiversité. Il a interrogé Mme Grossetête sur la possibilité d’en retirer les idées et de les appliquer. La députée a expliqué que la charte pourrait être examinée par le parlement européen des jeunes, qui pourrait ensuite relayer la charte pour faire une proposition de textes.

Après avoir répondu brièvement aux dernières questions, les lycéens quittèrent la députée satisfaits d’avoir eu des réponses à leurs interrogations.

BAILLY Audrey, CHAMBERON Aurélie, BOEUF Joann, STIEVANO Malcolm

puce Contact puce Espace Rédacteurs puce squelette puce RSS puce
Site réalisé sous SPIP avec le squelette ESCAL-V2