Lycée Claude FAURIEL
notre ambition : votre réussite !

Site du Lycee Claude Fauriel, Saint Etienne , prepas, ingenieur, enseignant, chercheur, veterinaire, ECE, ECS, Lettres-Sup, CPGE, BCPST, Veto, MPSI, PCSI, MP, PC, PSI, Fauriel, seconde, premiere, terminale, ES, L, S, seconde generale

4e table ronde organisée dans le cadre des "Débats citoyens en Rhône-Alpes" initiés par le lycée Claude-Fauriel
"Héroïsme et citoyenneté : représentations et enjeux de société" : table ronde publique au lycée Vaugelas
Mercredi 11 décembre (9h30) à Chambéry (Savoie)
Article mis en ligne le 4 janvier 2014
dernière modification le 23 juin 2015

par F. Thénard-Duvivier
Imprimer logo imprimer

Page mise à jour le 26 mars 2014.

Cette 4e table ronde publique est organisée par le lycée Vaugelas (Chambéry), dans les locaux de l’Université de Savoie (amphithéâtre Decottignies), en présence de M. Jean Broyer, proviseur du lycée Vaugelas. Elle réunit deux universitaire, une historienne de l’art et une élue régionale :

- Isabelle Cogitore, professeur de Langue et littérature latine à l’Université Stendhal (Grenoble 3) ;

- Malika Bastin-Hammou, maître de conférences en Langue et littérature grecques à l’Université Stendhal (Grenoble 3) ;

- Mélanie Faguer, service des publics du Musée des Beaux-Arts de Chambéry ;

- Lela Bencharif, vice-présidente de la Région Rhône-Alpes déléguée à la démocratie participative, à la vie associative et à l’éducation populaire.

La rencontre est organisée par les enseignants du lycée Vaugelas : Caroline Duret, Irène Bachler, Dominique Auger et Laurent Bachler (qui anime la table ronde). Les élèves de première et de terminale ont travaillé en amont sur le thème dans le cadre des cours de français, de langues anciennes et de philosophie, mais aussi à l’occasion de rencontres et de visites :
- la visite du Musée des Beaux-Arts de Chambéry, dans le cadre d’un parcours préparé par Mélanie Faguer autour de la figure du héros (en lien avec le programme d’histoire des arts) ;
- un "café philo" autour sur la question des valeurs héroïques ;
- la réalisation d’une page sur Wikipedia consacrée à l’héroïsme.

Le site officiel du lycée Vaugelas.

>>> Pour préparer le Café philo et la table ronde, mais aussi en vue de la rédaction d’un article sur Wikipédia, les élèves de la 1ère L2 se sont interrogés sur le héros à travers les âges. A partir de l’exposition virtuelle de la BNF, ils ont sélectionné un certain nombre d’informations pour réaliser de courts films documentaires sur plusieurs figures héroïques. [en ligne]

>> "Avons-nous encore des héros aujourd’hui ?"
- Près de 150 élèves du Lycée Vaugelas ont débattu avec passion souvent et avec intérêt toujours autour de la définition du « héros » dans le cadre d’un « Café Philo » organisé par leurs professeurs de philosophie, de lettres et de Latin-Grec inscrits dans le projet Rhône-Alpes des Débats Citoyens. Les questions pluridisciplinaires étaient de taille : a-t-on encore besoin aujourd’hui de héros pour tisser un lien social ? les héros nés dans l’Antiquité sont-ils encore porteurs de valeurs aujourd’hui ? Ce débat était pour ces élèves de terminale, de première, et de seconde le temps d’échanger sur leurs réflexions déjà entamées dans leurs classes et leurs cours respectifs avant la grande rencontre de la Table Ronde prévue le 11 décembre [...].
- Article rédigé par Dominique Augé, professeure de lettres classiques au lycée Vaugelas [en ligne].

JPEG - 69.1 ko
Table ronde "Héroïsme et citoyenneté" - Chambéry, 11 déc. 2013 (c) FTD

Sur la photographie ci-dessus, de gauche à droite : Malika Bastin-Hammou, Isabelle Cogitore, Mélanie Faguer et Laurent Bachler.

LA TABLE RONDE

Axe 1 - Quelles sont les mutations du modèle héroïque au cours de l’Histoire ? La perspective est essentiellement celle de l’Antiquité.
Deux élèves appartenant aux groupes de langues anciennes (classes de D. Augé) ont tout d’abord présenté la problématique.

Axe 2 - Comment les arts ont-ils représenté les héros ? Deux élèves de 1ère S (classe de D. Augé) ont introduit cette question portant plus particulièrement sur la peinture et la littérature.

Axe 3 - Existe-t-il des "invariants" héroïques ? La question invite à dessiner les contours de la figure héroïque, en s’appuyant sur les éventuelles vertus immuables des héros. Deux élèves de 1ère L (classe de C. Duret) introduisent le sujet à partir du discours de Rousseau sur la vertu du héros.

Axe 4 - La féminité résiste-t-elle à l’héroïsme ? Deux élèves de TL (classe de L. Bachler) présentent la question.

Axe 5 - Avons-nous besoin de héros ? Deux élèves de TL (classe de I. Bachler) exposent la problématique et s’adressent aux intervenantes.

JPEG - 92.9 ko
Table ronde "Héroïsme et citoyenneté" - Chambéry, 11 déc. 2013 (c) FTD

Sur la photographie ci-dessus, de gauche à droite : Lela Bencharif, Malika Bastin-Hammou, Isabelle Cogitore, Mélanie Faguer et Laurent Bachler.

JPEG - 134.8 ko
Table ronde "Héroïsme et citoyenneté" - Chambéry, 11 déc. 2013 (c) FTD

PISTES POUR PROLONGER LA RÉFLEXION

Extraits de Franck Thénard-Duvivier, Héros et monstres au Musée des Antiquités, Rouen, Musée départemental des Antiquités, 2010. Voir le sommaire.

Héros de l’Antiquité et du Moyen Age

En Grèce antique, les héros sont généralement des rois ou des guerriers issus de familles aristocratiques, comme en témoigne le modèle des combats héroïques dans l’Iliade à partir du VIIIe siècle av. J.-C. Formant un groupe assez disparate d’ancêtres prestigieux, plus ou moins légendaires ou historiques, ils constituent une catégorie intermédiaire entre les hommes et les dieux. Ils font d’ailleurs l’objet d’un culte civique organisé autour du hérôon, le monument élevé en leur mémoire. A l’image d’Hercule, Thésée ou Jason, ces héros et demi-dieux contribuent à établir la civilisation contre la sauvagerie.
Le héros romain est plutôt un personnage historique ou historicisé, tel Cincinnatus qui délaisse sa charrue pour combattre les ennemis et refuse toute récompense. Il est l’homme d’un exploit ou d’une seule mission et sa vertu est avant tout patriotique. Certes, l’Hercule romain est proche de son modèle grec (Héraclès), mais il est surtout honoré comme un dieu, notamment dans le cadre du culte impérial (Héros d’Achille à Zidane, 2007).

Selon Jacques Le Goff (2005), le héros antique est un « personnage hors du commun par son courage et ses victoires sans appartenir aux catégories supérieures des dieux et demi-dieux ». Mais qui sont les « héros » Moyen Age ? En premier lieu, les véritables héros du christianisme, ce sont les saints. Plus que de simples héritiers des héros de l’Antiquité païenne, les saints ont pour vocation de les supplanter. C’est particulièrement le cas des saints victorieux du dragon car ce dernier apparaît comme le symbole du paganisme antique. On pourrait presque les qualifier de « super-héros » tant leur pouvoir et leur rayonnement constituent un fondement du christianisme médiéval.

A ce « nouveau type d’homme » – ou plutôt de surhomme – qu’est le saint, Jacques Le Goff propose d’associer un « type de gouvernant promu au premier plan » au cours du Moyen Age, c’est-à-dire le roi. Aussi saint Louis incarne-t-il la figure du roi chrétien idéal : héros au double titre de roi et de saint (J. Le Goff, 2004). Charlemagne offre une autre figure de héros historique devenu légendaire, tandis que le roi breton Arthur suscite toujours les débats sur son historicité et apparaît, de fait, comme un héros semi-légendaire.

Le terme « héros » n’est pas utilisé au Moyen Age mais que celui de « preux » s’en approche assez bien pour qualifier un troisième type de héros médiéval : le « preux » chevalier. Il est un « personnage de haut rang ou de haute volée » (J. Le Goff, 2005) qui apparaît tout d’abord comme hardi et courageux au XIIe siècle, puis comme « gentil, beau et franc » dans le langage courtois du XIIIe siècle. C’est la figure du « bon chevalier » incarné par Lancelot et ses compagnons de la Table ronde ou par Roland qui sont autant de héros semi-légendaires.

Hercule : le héros antique

Hercule (Héraclès chez les Grecs) est un l’un des principaux héros de la mythologie gréco-romaine, essentiellement connu à travers ses « douze travaux » qui commencent par son combat contre le lion de Némée. Il est un demi-dieu : fruit des amours de Jupiter et d’une mortelle, Alcmène, il est déifié par son géniteur après sa mort en récompense de ses exploits. Il est vénéré aux époques grecque et romaine, admiré à la fois du peuple et des souverains.
La légende d’Hercule est rapportée par de nombreux textes antiques depuis Homère et Hésiode jusqu’à l’époque romaine. Le héros apparaît dans les épopées, les poésies et les hymnes (Pindare, Théocrite), dans le théâtre grec du Ve siècle av. JC (Euripide, Aristophane, Sophocle), chez les auteurs latins (Plaute Ovide, Sénèque).

Pour vaincre le lion de Némée, Hercule doit lutter à mains nues et il réussit à étrangler la bête. Pour la suite de ses exploits, il revêt la peau du lion comme une armure et un symbole de son invincibilité. Il revêt ainsi l’apparence du monde sauvage qu’il combat. Tout comme la massue qu’il utilise dans certains combats, la peau de lion est devenue un attribut du héros dans l’iconographie antique, médiévale ou moderne.

[...]

Les images d’Hercule sont très nombreuses jusque pendant l’Antiquité tardive : le héros est représenté dans toutes sortes de rôles, sur une grande variété de supports (peinture, mosaïque, statuaire, bas-reliefs, objets de la vie quotidienne) et dans des contextes essentiellement funéraires, impériaux et bachiques (en rapport avec Bacchus et les fêtes en son honneur). Les « douze travaux » sont la principale source de l’iconographie du personnage. Le motif du combat contre le lion est peint sur deux vases grecs conservés au musée des Antiquités.

[...]

Les exploits d’Hercule

Le combat contre le lion de Némée constitue le premier des « douze travaux » qui lui sont imposés par Eurysthée, roi de Tirynthe afin d’expier le massacre de ses enfants lors d’un accès de folie. Le héros se trouve ainsi confronté à des épreuves et des ennemis face auxquels il fait preuve d’une force surnaturelle.
- le lion de Némée qu’aucune arme ne peut blesser ;
- l’hydre de Lerne, monstre à sept ou neuf têtes qui repoussent dès qu’on les coupe ;
- la biche de Cérynie (ou le cerf d’Arcadie) qu’Hercule traque pendant un an ;
- la sanglier d’Erymanthe qu’il attrape vivant ;
- les écuries du roi Augias, nettoyées en détournant des fleuves ;
- les oiseaux du lac Stymphale, abattus à l’arc ;
- le taureau de Crète, capturé à mains nues ;
- les juments de Diomède qui se nourrissent de chair humaine ;
- la ceinture d’Hippolyte, reine des Amazones ;
- les bœufs de Géryon, monstre humain à trois corps ;
- les pommes d’or du jardin des Hespérides, gardées par un serpent ;
- Cerbère, chien monstrueux à plusieurs têtes qui garde l’entrée des Enfers.

Hercule au Moyen Age

Les images d’Hercule sont évidemment moins fréquentes dans l’iconographie chrétienne et médiévale où le héros païen continue néanmoins d’être représenté en tant que symbole de la force. Dans l’art monumental, par exemple, il est souvent figuré sur le « modèle antique », c’est-à-dire nu, couvert de la peau du lion de Némée et tenant éventuellement une massue. C’est le cas dans un bas-relief quadrilobé du portail des Libraires (fin XIIIe siècle), à la cathédrale de Rouen.

Au Moyen Age, les récits « moralisés » offre une image christianisée d’Hercule qui apparaît souvent en héros-chevalier. Certes, certains épisodes de la légende d’Hercule ont ainsi été rapprochés des récits bibliques : il est un demi-dieu (mais païen) ; il ramène les pommes du jardin des Hespérides (qui rappelle l’Eden) ; il descend aux Enfers (comme le Christ aux Limbes) ; enfin, sa vie terrestre s’achève par une sorte de supplice (martyre ?) qui le conduit à la vie éternelle. Surtout, la figure de l’« Hercule moralisé » découle de la volonté de christianiser les récits mythologiques comme dans l’Ovide moralisé qui traduit et adapte, au début du XIVe siècle, les Métamorphoses du poète latin Ovide. Hercule est comparé au Christ et ses ennemis deviennent autant de figures du diable : Acheloüs se métamorphose en dragon que combat Hercule.

Figure de la force et de la victoire, Hercule a pu être comparé à Samson ou encore à David par les commentateurs médiévaux. Mais ces derniers ne l’ont pas pour autant confondu ou assimilé avec les héros vétérotestamentaires qui sont de véritables préfigures du Christ.

[...]

Thésée et le Minotaure

Un autre héros grec, Thésée, figure lui aussi comme un grand pourfendeur de monstres. Son exploit le plus célèbre est son combat contre le Minotaure, monstre à tête de taureau enfermé dans le Labyrinthe et auquel Athènes devait annuellement envoyer en pâture sept jeunes filles et sept jeunes hommes.

Le musée des Antiquités possède une coupe grecque à figures noires illustrant cet épisode sur un revers. Le héros, couronné de myrte, passe son bras par-dessus l’épaule du monstre et il lui plante son épée dans le dos. L’intérieur de la coupe est décoré du « gorgoneion  », le masque de la Gorgone qui apparaît aussi sur le bouclier d’Athéna, laquelle est figurée sur l’autre revers. La déesse est équipée en hoplite (casque, bouclier rond et lance) et elle affronte un géant, probablement Enkelados, qui met un genou à terre.

Le thème iconographique s’articule ainsi autour du combat du monde civilisé contre la sauvagerie auquel fait écho un décor dionysiaque (satyre, vigne, etc.) habituel pour une coupe à boire. « En associant ici la déesse protectrice d’Athènes et le héros de la cité, le peintre propose deux aspects d’une même guerre contre la monstruosité : les géants, comme le Minotaure, transgressent en effet les catégories nécessaires à l’ordre du monde, où sont nettement distingués hommes et dieux d’une part, homme et bêtes de l’autre » (Hommes, Dieux et Héros, expo. 1982).

[...]

Indications bibliographiques

- AGHION Irène, BARBILLON Claire, LISSARRAGUE François (1994), Héros et dieux de l’Antiquité. Guide iconographique, Paris, Flammarion.
- Héros d’Achille à Zidane, Catalogue d’exposition (Paris, oct. 2007-avril 2008), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007.
- Hommes, Dieux et Héros de la Grèce, Catalogue d’exposition (Rouen, oct. 1982-janv. 1983), Rouen, Musée des Antiquités, 1982, p. 212-214.
- FREYBURGER Gérard, PERNOT Laurent, éd. (1997), Du héros païen au saint chrétien, Actes du colloque de Strasbourg (déc. 1995), Paris, Institut d’études augustiniennes.
- La fabrique du héros, Textes et documents pour la classe (TDC), n° 943, nov. 2007.
- LE GOFF Jacques (2005), Héros et Merveilles du Moyen Age, Paris, Seuil.
- VIEILLEFON Laurence (2003), « Hercule, Samson, David : confluences et influences durant l’Antiquité tardive », Bulletin archéologique du CTHS. Antiquité, Archéologie classique, fasc. 30, p. 151-177.

LES DÉBATS CITOYENS EN RHÔNE-ALPES 2013-2014

Les prochaines tables rondes :

- Lundi 6 janvier 2014 (lycée Georges-Brassens, Rive-de-Gier, 42) : « Droit international et enjeux migratoires ».
- Vendredi 10 janvier 2014 (lycée ICOF, Lyon, 69) : « Médias, enjeux des réseaux sociaux dans l’entreprise ».
- Jeudi 23 janvier 2014 (lycée Arbez-Carme, Bellignat, 01) : « Les stéréotypes : quels regards sur les différences ? ».
- Jeudi 30 janvier 2014 (lycée horticole de Montravel, Villars, 42) : « Énergie et agriculture : science et enjeux de société ».

Les tables rondes précédentes :

- Mercredi 13 novembre 2013 (lycée Claude-Lebois, St-Chamond, 42) : "Information et désinformation : les médias, un outil de la vérité au service de la démocratie ?" [en ligne]
- Vendredi 22 novembre 2013 (lycée Claude-Fauriel, St-Etienne, 42) : "Histoire et mémoire(s) : témoins, lieux, débats". [en ligne]
- Mardi 26 novembre 2013 (lycée Henri-Laurens, St-Vallier, 26) : "Laïcité et citoyenneté". [en ligne]

Le principe des "Débats citoyens" :

- Chaque lycée organise une table ronde publique portant sur un enjeu de citoyenneté. (entrée gratuite dans la limite des places disponibles, sur inscription à certaines dates).
- Près d’une soixantaine d’intervenants sont prévus : chercheurs, acteurs du monde associatif et professionnel, élus.
- Les 13 lycées participants sont issus des 8 départements rhônalpins et représentent l’enseignement général, technologique, professionnel,
agricole et privé.
- Plus de 1400 lycéens participent à ces tables rondes dans leurs établissements et plus de 300 d’entre eux se déplacent aussi dans un autre lycée pour une autre table ronde et pour construire un travail commun autour d’une thématique citoyenne.
- Plus d’une cinquantaine d’enseignants sont mobilisés. Ils se sont rencontrés au cours d’une journée inter-académique de formation, échangent sur un blog et mutualisent leurs travaux.
- Une publication finale est prévue pour conserver la trace des débats, pour valoriser les travaux des lycéens et pour permettre à certains une première expérience éditoriale.

Programme ci-dessous et en téléchargement.

Page de présentation des Débats citoyens en Rhône-Alpes avec tous les liens et détails.

Coordination/contact : Franck Thénard-Duvivier, lycée Claude-Fauriel.

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • Programme des "Débats citoyens en Rhône-Alpes" 2013-2014
  • 620.1 ko / PDF


puce Plan du site puce Contact puce Mentions légales puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2017 © Lycée Claude FAURIEL - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.78.66