Accueil » Formations et filières » Activités par discipline » Lycée général et technologique » Langues vivantes » Conférence autour de l’héritage de la dictature (...)

Conférence autour de l’héritage de la dictature dans la société chilienne

Publié le mercredi 23 novembre 2016 par Luc Channelliere
Modifié le 25 novembre 2016


rencontre avec un écrivain chilien

 

Maryline Dubruc (enseignante d'espagnol), dans le cadre des belles latinas, a invité Jaime Casas (écrivain chilien) à venir présenter son livre « le maquilleur de cadavres » et dialoguer avec les terminales sur le thème « le Chili des années 70 à nos jours ». D. Gallant (enseignant d'histoire géographie) était présent pour resituer le contexte géopolitique sud américain mais aussi mondial à cette époque .

Le matin J. Casas a rencontré les quarante élèves de la section Euro, avec lesquels il a échangé autour de son livre. Il a abordé au cours de cet échange, le travail de l'écrivain. A l'issue de cette conférence, les lycéens ont apprécié la disponibilité de J. Casas, qui a personnalisé les dédicaces.

Séance dédicace avec les élèves
 

En début d'après midi, Jaime Casas, écrivain mais aussi militant, est revenu sur l'héritage de la dictature dans la société chilienne. En tant que victime, il a parlé de sa détention et sa vie clandestine sous ce régime.

J. Casas entouré de D. Gallant et M. Dubruc

Il a évoqué la révolution de 73, qui a induit un changement violent. Il estime que si le peuple l'a faite, c'est qu'il souhaitait le changement. S'il la faite c'était pour obtenir une certaine liberté. La liberté de choisir sa vie. Mais il a compris que souvent la pire des dictatures est celle qui vient après une révolution.

Ce fut le cas après le coup d'état de septembre 1973, La liberté de la presse fut abolie, le couvre-feu instauré. Toute forme de littérature rattachée au socialisme fut interdite et les opposants au régime arrêtés, exilés, torturés ou exécutés.

Ensuite il a évoqué les raisons du blocage du développement économique du Chili. Pour cela, il faut revenir au principale problème, la propriété de la terre. C'est une question essentielle calquée sur le modèle colonial où la terre appartient à de très grands propriétaires et est exploitée en très petites parties. L'ouvrier est embauché pour effectuer les tâches agricoles sans espoir d'acquérir une propriété. Les travailleurs agricoles sont confinés à un rang très inférieur. C'est une des causes de la guerre civile.

La réforme agraire a permis de se libérer du joug des grands propriétaires. Elle a permis aux peones (paysans) de se prendre en charge. La notion d'économie ouverte donne une vision très romantique de la société dans laquelle rendre la terre aux paysans permet de développer la richesse, offre un soutien économique et permet le développement du pays.

Après ce constat en demi teinte, les lycéens ont souhaité abordé avec J. Casas la manière de vivre après cette révolution, lui qui fut emprisonné et torturé. Il a parlé des réflexes encore présents au quotidien (quand il quitte sa maison, quand il laisse ses proches pour quelques jours, …). Pour lui la clandestinité c'est avoir une vie normale avec des codes particuliers.

Les lycéens lui ont ensuite demandé quelle était sa vision du Chili d'aujourd'hui. A l'entendre, elle n'est pas très idyllique ! Après la fin de la dictature de Pinochet en 1989 et jusqu'en 1996, les chefs des forces militaires sont restés au pouvoir. D'autre part, le Chili croit beaucoup au sondage. On essaie de faire passer des messages rassurants sur cette démocratisation de la dictature. Le monde pense que le Chili a récupéré sa démocratie, mais il a encore des progrès à faire.

Même si les propos de Jaime Casas ne sont pas toujours optimistes, ils ont eu le mérite d'interpeller les élèves sur sa condition de vie et leur ouvrir un éclairage plus réaliste du Chili depuis les années 70 jusqu'à maintenant.

 

Un public attentif
 

Le programme du séjour de Jaime Casas était le suivant :

Mercredi 09 novembre

19h : Rencontre entre J. Casas et l'association des professeurs d'histoire-géographie de Roanne et les membres du Rotary club de Roanne

 

Jeudi 10 novembre

10h-12h : échange avec les 40 élèves de la section euro sur le thème, Jaime Casas, écrivain chilien et auteur du roman "le maquilleur de cadavres".

14h - 16h
Conférence débat avec les 70 élèves de D. Gallant : "le Chili des années 1970 à nos jours "