Accueil » Formations et filières » Activités par discipline » Lycée général et technologique » Langues vivantes » Rendez-vous avec Selva Almada, écrivaine Argentine

Rendez-vous avec Selva Almada, écrivaine Argentine

Publié le lundi 16 novembre 2015 par Luc Channelliere
Modifié le 29 avril 2016


Belles latinas 2015

 

Depuis 2007, le lycée participe au festival belles latinas. Cette année deux classes de seconde ont étudié avec F. Durieu (enseignante de français), le roman, après l'orage de Selva Almada.

S. Almada entourée de F. Durieu et I. Gathu au premier plan, D. Gallant et M. Dubruc en arrière plan

Selva Almada, de tempérament réservé, timide, lit depuis toute petite. A 15 ans elle souhaitait devenir journaliste. Pendant ses études de journalisme, elle s'est aperçue que l'écriture lui plaisait. Tout en poursuivant ses études, elle a pris des cours de littérature afin de pouvoir, un jour, écrire des romans.

Les élèves sont allés à sa rencontre et lui ont posé des questions sur son livre, sa vie, l'Argentine.

 

Bonjour, comment est né ce livre ?

Lorsque j'ai écrit Intemec, mon roman précédent, je racontais le quotidien d'ouvriers qui travaillaient loin de chez eux. Ensuite, j'ai eu l'idée d'écrire un livre sur le déplacement, type "road movie". De là, j'ai imaginé des personnages qui étaient régulièrement sur la route. De ces personnages, est né le livre.

Quand on lit votre livre on peut se poser la question ! Etes vous croyante ?

Contrairement à ma mère et ma sœur, je ne suis pas croyante. D'ailleurs je me suis bien amusée à écrire le prêche du pasteur évangélistes.

Pourquoi avoir choisi de laisser partir Tapioca à la fin du roman ?

J'avais imaginé que Leni resterait avec le gringo, mais c'était peu vraisemblable. Tapioca s'en va car le révérend a beaucoup de charisme. Il a envie de l'accompagner. C'est un adolescent qui veut voir autre chose. Il suit le révérend pour découvrir d'autres horizons.

 

Pouvez vous vivre de l'écriture ?

La vente de mes livres ne me permet pas d'en vivre. Car en Argentine, les livres sont chers. Pour compléter mes revenus, j'écris des articles qui sont publiés dans la presse. J'organise aussi des ateliers d'écriture pour des gens qui veulent apprendre à écrire. Actuellement je travaille à l'écriture d'un scénario.

 

Le dernier mot revient aux élèves. Nous leur avons demandé ce qu'ils avaient pensé de ce livre.

C'est le genre de livre que l'on a pas l'habitude de lire. La rencontre entre les différents personnages est assez originale. On ne l'aurait certainement pas lu en dehors du cours de français.

Un public attentif