Accueil » Formations et filières » Activités par discipline » Lycée général et technologique » Langues vivantes » Les élèves à la rencontre d’un témoin du contexte (...)

Les élèves à la rencontre d’un témoin du contexte social et géopolitique Cubain

Publié le lundi 21 novembre 2011 par Luc Channelliere
Modifié le 5 mai 2017


Véronica Véga, écrivaine Cubaine au lycée Carnot de Roanne

 

D. Gallant et M. Dubruc (enseignants), V. Véga (écrivain Cubain), D. Cuevas Torres (assistante d'Espagnol)

Les rencontres Belles Latinas mettent à l'honneur les littératures latino-américaines contemporaines. Cette année, le lycée H. Carnot par l'intermédiaire de M. Dubruc (professeure d'Espagnol) a invité Véronica Véga (auteure Cubaine) à présenter son livre "partir, un point c'est tout" mais aussi échanger autour des problématiques et complexités de Cuba.

Durant la matinée, Véronica a répondu aux questions des élèves de terminale. Extrait des questions posées :

Pour vous, la révolution est-elle toujours présente ?

Aujourd'hui Cuba est un pays qui a de grosses difficultés économiques. Les salaires ne suffisent pas pour vivre. Jusqu'en 1980, avec l'aide de l'URSS, Cuba a vécu une période de prospérité. Depuis la fin des années 80, les gens se sont appauvris. Pour ceux qui ont mené la révolution, ils considèrent que la situation s'est dégradée. Les plus jeunes, ceux qui sont nés après cette période, ils étouffent que l'on fasse souvent référence à cette période antérieure. Ils souhaitent passer à autre chose.

 
Les cubains se sentent-ils surveillés, est-il difficile de sortir du pays ?

Dans chaque ville, des comités existent. Ces comités ont de plus en plus de mal à trouver des volontaires souhaitant remonter des informations aux gouvernements, même si l'état incite le peuple. Pour sortir du pays cela reste assez compliqué et incertain jusqu'au dernier moment. Je l'ai vécu pour venir en France. Quinze jours avant de partir tout n'était pas réglé.

 

Comment sont perçus les cubains qui se sont exilés, principalement aux Etats-Unis ?

Ceux qui ont de la famille aux Etats-Unis, dont moi-même, ressentent de la douleur d'être séparé des leurs, mas pas de rancœur. Car les Cubains le savent : pour réussir, il faut quitter le pays. Cela engendre beaucoup de nostalgie de la part de ceux qui sont partis.

 

L'après midi, V. Véga a rencontré les élèves de premières ayant travaillé avec C. Blanc (professeure de français) sur un passage de son livre "Partir, un point c'est tout". Ce livre qui s'apparente à un roman de l'exil, vécu de l'intérieur est une autobiographie de l'auteure, voir un journal intime. Partir de Cuba est impossible, mais rester s'avère difficile.

C'est une belle leçon de vie et un beau voyage qui a été offert aux élèves durant cette journée d'échange avec V. Véga.

 
M. Dubruc et V. Véga lors des échanges avec les élèves
 
Les élèves attentifs aux propos de V. Véga

Le programme de la journée était le suivant :

9h30
Accueil de Véronica Véga
, écrivain Cubain par Mme Dubruc, professeure d'espagnol.

10h15 - 12h
Conférence en salle H. Carnot : "Véronica Véga, citoyenne cubaine : témoin d'un contexte social et géopolitique particulier"

Avec les élèves de terminales SVT1 et SI et la participation de D. Gallant, professeur d'histoire géographie

12h
Repas à la cafétéria du lycée

14h - 16h
Conférence en salle H. Carnot : "Partir un point c'est tout "

Avec les élèves des classes de1SVT1, 1STI2D