L’enseignement des langues en France est désormais "européen" : Mise en place du CECRL, le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues

Publié le mardi 16 octobre 2007
Modifié le 5 mai 2017


Document sans nom
« La France a pour ambition de promouvoir l’enseignement des langues vivantes et de le rendre plus efficace pour accroître l’égalité des chances et faire face aux nouveaux défis économiques. L’adoption du Cadre européen commun de référence pour les langues constitue le fondement de cette politique »
>> Voir le BO n°23 du 8 juin 2006
 
Tous les établissements de France vont donc progressivement mettre en place ce cadre commun à tous les pays d’Europe et qui concerne l’apprentissage de toutes les langues vivantes.
>> Lire l'article sur la mise en place au lycée Carnot
>> Diaporama de présentation dans l'article sur la mise en place du CECRL au lycée Carnot
 
Le Cadre Européen
 
1- Les objectifs généraux
 

Sauvegarder le patrimoine que constituent les langues vivantes en garantissant leur apprentissage. Notion de plurilinguisme

Faciliter la communication et les échanges, ce qui favorise la mobilité, la compréhension réciproque et la coopération

Eliminer les préjugés et les discriminations

 
 
2- Une définition

C’est un outil rédigé par des linguistes au service des enseignants et des apprenants de tous les pays d’Europe.
Il offre une base commune de travail en harmonisant les contenus des programmes, les méthodes et les objectifs à atteindre.
Il définit des niveaux de compétence en langue qui à terme donneront lieu à des certifications communes dans tous les pays d’Europe.

 
 
3- Les compétences
 

Compétences de réception
-> compréhension orale
-> compréhension écrite

Compétences de production
-> production écrite
-> production orale : s’exprimer oralement en continu. Ex : exposés
-> production orale : prendre part à une conversation, interaction orale

 
 
4- Les niveaux de compétence

Le CECRL définit des niveaux de compétence pour chacune des activités langagières qui constituent l’apprentissage d’une langue vivante. Cela permet aux enseignants et élèves de fixer des objectifs d’apprentissage, d’enseignement et d’évaluation.

A1 : niveau de l’utilisateur « élémentaire », stade de la découverte. Correspond au niveau de fin des études primaires.
A2 :
niveau intermédiaire, appelé aussi de « survie », indique que l’on peut se débrouiller. Atteint en fin de Troisième

B1 : niveau seuil de l’utilisateur indépendant. C’est ce niveau que tous les élèves de seconde doivent atteindre. Ex : peut résumer un texte, peut raconter une histoire, peut parler de sujets familiers sans préparation, peut identifier des mots inconnus à l’aide du contexte...
B2 :
niveau avancé ou indépendant, à atteindre à la fin des études secondaires, c'est-à-dire pour le baccalauréat. Ex : peut utiliser la langue avec aisance, correction et efficacité, peut écrire un essai argumentatif, peut enchaîner des arguments sur un sujet donné…

C1 : utilisateur autonome (post-bac)
C2 :
maîtrise de la langue (post-bac)

 
 
5- La certification en niveau de compétence

D’ici quelques années, on verra dans les CV cette nouvelle manière de déterminer le niveau en langue de quelqu’un.
Par exemple, on pourra noter anglais niveau B1, Allemand niveau B2 et partout en Europe, on saura ce à quoi cela correspond.
D’ici quelques années, on peut penser qu’au sein de l’éducation nationale, on fera passer les niveaux B1 et B2.

 
 
6- Le baccalauréat

Pour l’instant, le baccalauréat en langue est le plus souvent passé à l’écrit. C’est en train de changer.
Ex : le bac STG. Et cela va changer progressivement pour les autres sections.

>> Lire l'article sur la mise en place au lycée Carnot
>>
Diaporama de présentation dans l'article sur la mise en place du CECRL au lycée Carnot