Le quatuor de cuivres
Article mis en ligne le 13 juillet 2010

par Directrice de l’école élémentaire Jules Verne
Imprimer logo imprimer

Mardi après-midi, pendant la semaine musicale, nous avons reçu quatre musiciens du conservatoire. Ils nous ont joué des morceaux et nous ont présenté leurs instruments, tous de la famille des cuivres. Nous avons pu les interviewer. (par Lou-Na, Thia-Luce, Vincent)

Interview

Présentation

Anthony joue du trombone, Pierre et Elise de la trompette, Pandora du cor

Ça fait longtemps que vous faites de la musique ?

Pierre : j’ai commencé à l’âge de 6 ans, donc ça fait 14 ans que je fais de la musique

Pandora : j’ai commencé à 6 ans aussi, ça fait donc 10 ans.

Anthony  : j’ai commencé vers 7 ans, ça fait 13 ans que je fais de la musique

Est-ce que ça vous a toujours intéressé de faire de la musique ?

Anthony : Au tout début énormément parce qu’il y a le côté découverte ; je m’en suis désintéressé au collège, quand je suis rentré au lycée je me suis rendu compte que c’était vraiment quelque chose qui m’intéressait et pour laquelle j’avais envie de me consacrer tout entier, et aujourd’hui j’en fais mes études et plus tard ce sera mon métier.

Pierre : c’est un peu pareil pour tous les jeunes instrumentistes, on passe par des moments plus difficiles que d’autres, on apprend au fil du temps à aimer l’instrument qu’on joue ; bien sûr il faut du travail, avoir envie et être motivé. Il y a des moments difficiles et des moments agréables, des enregistrements, et on passe aussi par des moments de travail qui ne sont pas forcément agréables.

Pandora : Depuis que je suis toute petite je suis dans des classes spéciales où il n’y avait que des musiciens : le matin on faisait la classe et l’après-midi on faisait de la musique, alors forcément je ne me posais pas trop de questions, c’était normal de faire de la musique, on avait tous des instruments différents, c’est vrai qu’on a toujours un moment où on s’en désintéresse un peu, quand on est grand on peut jouer avec d’autres gens, on peut faire de la musique de chambre, de l’orchestre, et tout de suite ça devient plus drôle que de jouer tout seul devant son pupitre dans sa chambre.

Est-ce que des fois vous faites des tournées ?

Anthony : On ne peut appeler ça des tournées ; on est encore en train de faire nos études et par conséquent on ne peut pas trop s’éloigner de Lyon ; ça m’arrive de jouer avec des orchestres, des big bands et autres formations, mais généralement je reste concentré sur Lyon.

Pierre : j’ai fait des tournées ; c’est souvent les conservatoires qui organisent des voyages, des stages, je suis allé à Moscou faire un concert devant la première dame de Russie.

Pandora : On ne bouge pas souvent car il faut finir les études mais soit avec le conservatoire soit avec l’orchestre de Lyon on peut faire des stages et faire quelques tournées.

Avez-vous déjà eu envie de faire un autre instrument ?

Anthony : Si bien sûr, on a tous des envies de faire plein de choses ; je fais du trombone, ça m’arrive de faire de la guitare, du piano… Mais quand on veut vraiment bien jouer d’un instrument ça prend énormément de temps et d’investissement, c’est beaucoup de travail.

Pierre : Au début on s’intéresse un peu à tout ; ce qui m’a vraiment donné envie de faire de la trompette, c’est après avoir vu un groupe à la télé… C’est sûr qu’on s’intéresse aux autres instruments mais on se rend vite compte qu’on ne peut pas travailler plusieurs instruments en même temps, ou alors il faut beaucoup de temps, alors on se concentre plus sur un instrument et on essaie de bien en faire.

Pandora : on m’a présenté des instruments et je ne sais pas pourquoi j’ai choisi le cor, personne dans ma famille ne connaissait le cor, personne ne savait ce que c’était mais je voulais faire ça. Il y a d’autres instruments que j’aime bien mais je n’ai pas forcément eu envie d’essayer, je suis super contente de faire du cor et de ne faire que ça.

Est-ce que vous voulez rester membre d’un groupe, ou essayer de monter votre propre groupe ?

Anthony : ça nous arrive de jouer dans plusieurs formations différentes, et pour le moment on touche à plein de choses différentes à défaut d’être dans un groupe de manière permanent : ça nous arrive de jouer dans un orchestre symphonique, puis dans un autre, puis une harmonie, puis un big band, il y a toujours plein de solutions… ça nous arrive de monter des projets, mais généralement ce n’est pas du très long terme : on a envie de jouer une partition bien précise alors on va réunir des musiciens, on va faire des répétitions, des concerts, et quand le concert est terminé on va en faire un autre. Ce sont plus des « projets » que des « groupes », mais c’est presque la même chose.

Pierre : Comme je disais, on a des orchestres qui sont organisés dans l’école, après c’est à nous de voir si on veut monter un groupe, un quintet de musique de chambre par exemple, ce qu’on fait tous les trois ensemble cette année : on est 5 et on essaie de faire tourner ça pour faire des concerts. C’est à court terme et on ne va pas faire des concerts toute notre vie avec ce groupe.

Pandora : on a tous envie de faire quelque chose en groupe plus tard quand on aura fini nos études parce que rester tout seul ce n’est pas forcément intéressant ; on touche un peu à tout en ce moment pour savoir comment s’orienter : big band, musique de chambre, orchestre,… on finira tous par jouer avec d’autres de toute façon !

Avez-vous fait des albums de musique ?

Anthony : Tu ne trouveras pas mes enregistrements à la Fnac… ça m’arrive d’enregistrer de la musique avec tous les projets que j’ai eus : concert, studio, vous savez ce que c’est un studio ?
On est dans une pièce complètement insonorisée, on a casque avec la musique qui défile et nous on doit jouer notre partie.

Pierre : à notre âge on fait plusieurs instruments dans un but pédagogique, c’est-à-dire qu’on fait un enregistrement, on écoute ce qu’on a enregistré, et ça nous permet de voir ce qui est bien, pas bien, si on a fait des fautes, comment on joue. On fait aussi des enregistrements de concert en milieu ou fin d’année.

Est-ce que c’est difficile d’être musicien ?

Anthony : c’est une question polémique, voire politique… Oui et non en fait. Je considère que c’est une très très grande chance de pouvoir faire tous les jours en grosse quantité la chose qu’on aime le plus au monde ; je ne pense pas qu’il y ait énormément de personnes qui aient cette chance-là, c’est assez précieux pour que ce soit conservé, pour ça c’est très très bien d’être musicien. Après il y a des choses plus pratiques de la vie de tous les jours, comme gagner sa vie, qui sont beaucoup plus difficile : trouver de l’argent, arriver à être payé quand on fait de la musique ça devient beaucoup plus compliqué. La plupart du temps les gens pensent que c’est comme un divertissement, quelque chose qu’on fait le samedi après-midi quand on a le temps ; mais malheureusement c’est notre métier et on y passe vraiment beaucoup de temps. Et comme toute peine mérite salaire…

Pierre : je pense que c’est très difficile de faire un instrument, autant au début que lorsqu’on sait bien faire : au début c’est fastidieux de savoir comment travailler, on se demande un peu pourquoi on fait ça, après on voit ce que ça peut nous donner dans la vie, les buts qu’on peut avoir, et c’est très difficile d’arriver à gagner sa vie à notre époque en étant instrumentiste ; mais on peut très bien en jour pour soi-même et pour le plaisir d’en jouer.

Pandora : on peut faire un parallèle avec le sport, c’est un peu la même chose : il est très facile de se faire plaisir, en jouant au foot dans la cour par exemple, mais après si on veut devenir champion du monde ou gagner sa vie avec ça, ça devient vite compliqué, c’est un travail infini, plus on travaille quelque chose et plus on découvre d’autres domaines et même si on travaille toute notre vie ce ne sera jamais parfait, il y aura toujours quelque chose à perfectionner, mais je pense que c’est facile de se faire plaisir si on en a envie et qu’on est enthousiaste.

Quelle est la plus grande difficulté au moment d’apprendre à jouer de votre instrument ?

Anthony : Savoir travailler ; quand on sait jouer une phrase musicale d’une certaine manière, comment va-t-on pouvoir la jouer en mieux ? Comment rendre cette musique beaucoup plus jolie ? Il faut trouver des choses, des petits trucs, on va réfléchir… Le corps est très important aussi, comment utiliser notre corps pour que le rendu final soit mieux ?

Pierre : Travailler intelligemment, et avoir un but quand on travaille ; on a plusieurs professeurs qui nous donnent encore des conseils.

Pandora : Savoir travailler comme il faut, s’y mettre à fond, mais aussi savoir où sont ses limites, quelles sont ses faiblesses et ses forces, mais je crois que c’est pour tout dans la vie, ce n’est pas qu’une question de musique.

La classe de CE2


flèche Sur le web : p


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.33