Bandeau
Lettres & Langues et Cultures de l’Antiquité
Slogan du site

Site Lettres et Langues anciennes de l’académie de Lyon.

Entrer dans la lecture d’une œuvre patrimoniale via l’écriture
Projet Balzac
Article mis en ligne le 3 juin 2016
dernière modification le 15 juin 2016

par Claire Augé
Imprimer logo imprimer
Enregistrer au format PDF

 Présentation du projet – Extrait de la préface du roman écrit par les élèves

- Pourquoi un tel projet autour de Balzac, auteur difficile ?

Le retour des personnages instauré par Honoré de Balzac dès 1836 dans Le Père Goriot ravit le grand lecteur qui plonge ainsi dans un univers particulier et côtoie ses habitants. L’identification est renforcée et la lecture s’enrichit. Néanmoins, force est de constater pour nous, enseignants au collège et au lycée, que ce plaisir de la lecture balzacienne est difficile à découvrir pour la grande majorité de nos élèves, petits lecteurs. De plus, il nous faut remarquer que le retour des personnages ne peut se savourer qu’après plusieurs lectures de la Comédie humaine.
Afin de pallier ces difficultés, nous avons décidé de proposer une lecture plurielle à nos élèves : dix classes ont lu neuf romans différents. De cette manière, le retour des personnages s’est savouré dans l’échange avec autrui. L’ampleur du projet est une clef de sa réussite : il était primordial d’avoir plusieurs œuvres de Balzac. Eugénie Grandet, Gobseck, La Duchesse de Langeais, Ferragus, Le Père Goriot, La fille aux yeux d’or, L’interdiction, La Peau de chagrin et Le Colonel Chabert ont ainsi rejoint la « bibliothèque intérieure », pour reprendre l’expression de B. Louichon et A. Rouxel, de nos élèves.

Ces lectures, difficiles et exigeantes, ont été prolongées et/ou accompagnées par un travail d’écriture autour d’un personnage, Horace Bianchon. Il est le médecin principal de la Comédie Humaine. Cependant, s’il apparaît dans une vingtaine de romans de Balzac, s’il est parfois le narrateur, Horace Bianchon est surtout un témoin, un méticuleux observateur de la société du XIXème siècle à la ville et à la campagne ; il n’est jamais le héros d’un roman. C’est pourquoi nous avons proposé à nos différentes classes d’écrire, à plusieurs mains, ce roman : autour de Bianchon, les personnages qu’ils ont suivis dans leur lecture romanesque se croisent et évoluent. Afin d’aider les élèves à s’approprier le personnage, une page publique sur ©Facebook a été créée : sur ce profil, on retrouve les grandes dates de la biographie d’Horace Bianchon ainsi que les extraits de l’œuvre balzacienne où il est question de ce personnage.
La lecture, l’écriture et l’esthétique balzacienne se combinent alors dans notre projet pédagogique.

- Avec quelle classe ?

Ce projet a été mené par dix classes de l’Académie de Lyon : deux classes de troisième du collège Leprince-Ringuet à Genas et huit classes de seconde du lycée Charlie Chaplin à Décines.
Cette collaboration entre le collège Leprince-Ringuet et le lycée Charlie Chaplin nous semble très importante. En effet, non seulement elle permet de tisser des liens entre un collège et un lycée de secteur, mais elle nous permet surtout de travailler sur une liaison entre les différents cycles scolaires, dans la perspective du projet de l’Académie de Lyon 2013-2017.

Equipe enseignante : Augé-Rabier Claire, Boissy Ariane, Bonnard Patricia, Brocheny Hervé, Capolongo Audrey, Chabert Véronique, Chessel Stéphanie, Guellard Laure, Soussi Sana, Nublat-Voge Anne-Sophie, Pelletier Claudette, Pitre-Madinier Edith.

- Dans quel cadre pédagogique ce projet a-t-il pris place ?

L’étude d’une œuvre intégrale du XIXème siècle s’inscrit dans les programmes officiels de la classe de 2nde selon le BO spécial n°9 du 30 septembre 2010. Chaque œuvre a donné lieu à une séquence approfondie et une étude précise du roman. Cela a été l’occasion également de plusieurs ouvertures vers d’autres œuvres et autres textes au sein de chaque classe.
Enfin, le travail de l’écriture dans les traces de Balzac a été l’occasion pour tous les élèves de se préparer aux différentes épreuves du Diplôme National du Brevet (BO n°13 du 29/03/2012) et du Baccalauréat (B0 n°46 du 14/12/06). Nous pouvons également ajouter que ce projet d’écriture nous a permis de travailler la langue française avec nos élèves dans la lignée des programmes scolaires officiels.

- Comment l’écriture s’est-elle déroulée ?

Ce vaste projet « Horace Bianchon : collégiens et lycéens dans les pas de Balzac » a permis, par ailleurs, un grand travail autour du collaboratif. En effet, le travail de groupe a été au cœur du projet selon plusieurs modalités. Ainsi, l’écriture a pu être collaborative par îlots dans une nouvelle géographie de la classe ou sur des sites d’écriture comme ©Framapad ou ©Titanpad. Il a également fallu pour les élèves écouter les premiers jets d’autrui et se les approprier pour améliorer les textes. L’évaluation a également été l’occasion d’une réflexion collective : en effet, les élèves ont parfois été amenés à sélectionner un texte en particulier en oubliant l’identité de l’auteur et en se concentrant sur l’écrit en lui-même. De même, cela a permis aux élèves d’apprendre à corriger la langue française dans l’écrit d’un camarade et apprendre à être corrigé.
Ce travail a donc été particulièrement un travail d’équipe où écoute, bienveillance, collaboration et partage ont trouvé leur place.

- Pourquoi un livre ?

Le livre papier permet non seulement de matérialiser le travail des élèves et de le montrer, avec fierté, à leurs parents.
Il est par ailleurs essentiel, car il permet l’éventuelle réussite du projet, à savoir la découverte de plusieurs œuvres de Balzac. Ainsi, en feuilletant cet ouvrage, l’élève pourra découvrir d’autres romans, d’autres personnages à travers les textes proposés par les autres classes.

  Projet pédagogique :

- Calendrier

Toutes les classes ont étudié une œuvre intégrale et ont mené le travail d’écriture avant les vacances de février. Les textes ont alors été assemblés, collectés et mis en page à ce moment-là. L’édition du recueil est lancée en mai 2016 après commande des ouvrages pour une distribution officielle aux élèves lors d’une soirée où les parents seront aussi conviés en juin 2016.

- Aperçu du projet :

DOC 1 : Table des matières du roman

Chaque roman étudié a donné lieu à un chapitre de la vie de Horace Bianchon qui s’ancre dans une année particulière de sa vie. Chaque professeur a été libre de l’exercice d’écriture qu’il proposait à ses élèves.
Anne-Sophie Nublat-Voge, qui a travaillé sur L’Interdiction, a proposé à ses élèves, après un travail de recherches sur la médecine au XIXème siècle, d’écrire le journal intime de Horace Bianchon. Ariane Boissy, à partir de Gobseck, a amené sa classe à compléter un blanc du roman de Balzac en imaginant que Derville demande de l’aide à Bianchon pour piéger Anastasie. D’autres élèves ayant travaillé sur Le Père Goriot avec Sana Soussi ont imaginé un destin contraire pour Bianchon : contrairement au Père Goriot abandonné sur son lit de mort par ses deux filles, Bianchon sera secouru par son fils illégitime dont il ne s’est jamais occupé. Chaque classe a abordé l’exercice d’écriture d’une manière originale, adaptée à la progression annuelle de chaque professeur, aux différents niveaux et aux œuvres étudiées. C’est là une des clefs de réussite du projet et un aspect savoureux à la lecture des textes écrits par les lycéens.

Le prologue, qui est mis en écho avec un texte d’Octave Mirbeau, La mort de Balzac, est le fruit d’un devoir maison donné à une classe. Octave Mirbeau rapporte que Balzac, sur son lit de mort, aurait appelé à son chevet Horace Bianchon. Les élèves ont dû raconter cette scène, libres de choisir entre un registre fantastique où fiction et réalité se mêlent ou une écriture plus réaliste où Balzac est tourmenté par la folie. Le texte sélectionné a été choisi par les élèves eux-mêmes parmi les trente-quatre textes proposés par la classe. D’autres textes ne peuvent plus être reliés à des noms : en effet, si le premier jet a été écrit par un petit groupe, la reprise a été faite par un deuxième groupe. Puis un troisième groupe a travaillé sur la fusion de deux propositions de texte avant qu’un quatrième n’améliore le texte pour la version finale. Le texte est alors le produit de toute une classe : c’est par exemple le cas pour les textes autour de La Duchesse de Langeais par le groupe de Claire Augé-Rabier.
Cette variété de modalités d’écriture est aussi un facteur important du projet : en effet, par le collaboratif, les élèves développent un aspect critique juste et disciplinaire n’ayant plus l’impression de juger le produit d’un tiers. Néanmoins, l’écriture doit aussi être individuelle afin de préparer les élèves à l’écriture d’invention, exercice proposé aux Epreuves Anticipées de Français.

- Horace Bianchon : le profil Facebook

DOC 2 : Capture d’écran du profil de Horace Bianchon créé par Claire Augé-Rabier en juillet 2015

Un profil Facebook a été créé en juillet 2015 afin de proposer aux élèves un point de départ pour s’approprier ce personnage romanesque. En effet, Facebook semble donner vie aux adolescents, connectés pour 80% d’entre eux selon une étude IPSOS menée en avril 2015 par Bruno Schmutz, à ce réseau social. Il permet d’établir la fiche du personnage comme dans un jeu de rôle.

Dans ce profil sont référencés, de sa première apparition dans César Birotteau à sa dernière apparition dans Le Curé du village, les extraits des romans dans lesquels Horace Bianchon apparaît ou est évoqué. Il a permis de constituer ainsi une sorte de « bibliothèque intérieure » pour les élèves avec des liens hypertextes vers les textes numériques de Balzac.

DOC 3 : Exemple de post du profil de Horace Bianchon

Ce profil pouvait être consulté par les élèves en cours lors de leurs séances d’écriture via leurs smartphones ou via un pdf mis à disposition par les professeurs dans les salles de classe et au CDI.

- Focus sur quatre scénarios pédagogiques

 1. Claire Augé-Rabier, La duchesse de Langeais.

L’écriture a été faite au fur et à mesure de la lecture du roman de Balzac ; elle est apparue comme un accompagnement – aide pour les élèves en difficulté et prolongement pour les meilleurs lecteurs.

Ainsi, après avoir lu et étudié en cours la rencontre amoureuse entre Antoinette de Langeais et Antoine de Montriveau, les élèves ont été amenés à imaginer un coup de foudre de Horace Bianchon, encore jeune étudiant en médecine pour la jeune aristocrate inaccessible pour lui, duchesse de Langeais. Par la suite, Bianchon apprend par son ami Rastignac avec lequel il vit dans la pension de Madame Vauquer que la duchesse aurait été enlevée lors d’un bal. Lorsque les élèves imaginent cette scène, ils ont lu le chapitre de l’enlèvement de la duchesse par Montriveau. La duchesse s’enfuit ensuite de Paris en larmes et en courant dans les rues : cela ne peut laisser Paris silencieux. Horace Bianchon, en sortant d’un cours de Cuvier, entend des étudiants évoquer diverses rumeurs inquiétantes à ce sujet. Enfin, lorsque les élèves ont fini le roman, ils ont imaginé les pensées de Bianchon, lorsque dix ans plus tard, il rencontre Montriveau lors d’un raoût évoqué dans Autre étude de femme. Ainsi, l’écriture est venue interroger la lecture en forçant les élèves à changer de point de vue, à s’interroger sur la tension narrative de chaque chapitre du roman balzacien.

Les sujets des chapitres proposés aux élèves ont permis également d’ouvrir le roman La duchesse de Langeais sur d’autres romans. Pour le premier chapitre, les élèves ont lu un extrait de César Birotteau ; pour le deuxième chapitre, les élèves ont étudié la description de la pension de Madame Vauquer dans Le Père Goriot

L’écriture a été collective et suivie – une heure en demi-groupe par semaine- durant tout le temps de l’étude de l’œuvre intégrale. Les outils numériques ©Framapad et ©Titanpad ont été utilisés sur toute la période. Les élèves ont dû apprendre à travailler à plusieurs mains…

A la fin de l’étude de l’œuvre intégrale, nous disposions de nombreux textes à l’état de brouillon. Ils avaient ainsi reposé ; la lecture des élèves avait mûri et s’était affinée. Ils ont été repris ainsi en fin de séquence en parallèle d’un petit point d’une heure sur les brouillons d’écrivains. Les élèves étaient rassemblés par groupe de 6 et étaient responsables d’un chapitre. Ils devaient lire tous les textes, sélectionner les meilleures idées, les combiner et écrire un bon texte. Tous les documents nécessaires pour le travail étaient rassemblés sur un padlet.

DOC 4 : Exemple d’un padlet – chapitre 1 proposé aux élèves

Enfin, une dernière séance a été consacrée à la correction de la langue par les élèves eux-mêmes.

 2. Edith Pitre-Madinier, Le colonel Chabert

.

Le temps d’écriture suit le temps de lecture et d’étude de l’œuvre en classe et s’est déroulé sur dix heures de cours. Il est venu ainsi approfondir et terminer le travail sur l’objet d’étude romanesque en classe de seconde.

Séance 1. Les élèves ont tout d’abord commencé par étudier la biographie de Horace Bianchon à partir de la page Facebook et d’un corpus de textes sélectionnés par le professeur.

Séance 2. Après avoir étudié les caractéristiques de l’article de presse nécrologique et dans la continuité de la séance précédente, les élèves ont rédigé en sujet d’invention une nécrologie de Bianchon. Ce devoir a été proposé en deux heures.

Séance 3. Les élèves ont élaboré collectivement une version définitive à partir de plusieurs extraits de copie proposés par le professeur.

Séance 4. Le roman Le Colonel Chabert en main, les élèves ont réfléchi à un scénario en lien avec le texte relatant un épisode de la vie de Bianchon. Ils ont ainsi décidé que Bianchon rencontrerait le colonel Chabert à Bicêtre. Les scenari ont été élaborés par petits groupes et suite à une confrontation des différentes propositions, un scénario collectif a été défini.

Séance 5. En amont de cette séance, le professeur a « séquencisé le scénario retenu ». Les élèves ont rédigé, en salle informatique, un premier jet de l’étape du récit qui leur a été confiée.

Séance 6. Les textes sont relus et corrigés. Une mise en commun des corrections est proposée.

Séance 7. Les textes sont repris et améliorés. La version définitive est prête.

 3. Laure Guellard, Ferragus.

Le travail du projet Balzac a pris place à la fin de l’étude du roman Ferragus en classe de seconde, au cours de la neuvième séance qui s’étale sur huit heures de cours.

Le scénario pédagogique de cette séance s’est déroulé selon la présentation ci-dessous :
-  Explication du principe du retour des personnages dans la Comédie Humaine
-  Biographie de Bianchon : travail à partir du document Facebook.
-  Présentation du projet
-  Présentation des quatre épisodes à rédiger et constitution de 8 groupes (6 groupes de 4 et 2 groupes de 5) et choix des sujets. Chaque sujet est traité par deux groupes.
-  Distribution des sujets : contextualisation de l’épisode, sujet précis et grille d’analyse
-  Analyse des sujets par chaque groupe et première ébauche
-  Travail de rédaction en groupe (en classe, avec îlots)
-  Mise au propre de la 1ère version en salle informatique ; relecture et correction par le professeur.
-  Approfondissement : en salle informatique, recherches documentaires, corrections et travail du style
-  en AP : lecture des textes et choix d’une version pour chaque épisode
-  Finalement, décision de mélanger les versions pour ne produire qu’un texte par épisode.

 4. Mmes Bonnard et Capolongo

Présentation du projet

Enseignant en classe de troisième, mener un projet avec le lycée du secteur de notre établissement nous semblait particulièrement intéressant et c’est ainsi que le collège Leprince-Ringuet de Genas a engagé deux classes de troisième dans cette aventure balzacienne, quoique le dix-neuvième siècle ne relevât pas du programme de troisième.
Au total ce furent soixante élèves qui participèrent, non sans mal car étant deux enseignantes avec deux classes différentes, nous eûmes à trouver des « créneaux » de travail communs pour nos classes comme pour nous mêmes.

Déroulement

Cette séquence de travail fut réalisée durant deux mois. Nous avons d’abord demandé aux élèves de lire La Peau de chagrin, puis l’avons étudié en classe à travers plusieurs directions :
-  la découverte de l ’univers balzacien : le cadre spatio-temporel – les personnages – le fantastique – la structure du récit
-  le sentiment amoureux : la vie misérable – Pauline – Rastignac – Foedora – L’idéal amoureux de Raphaël – le rejet
-  la présence d’Horace Bianchon dans le roman
Très vite Mme Capolongo, l’autre enseignante impliquée dans ce projet, et moi même nous sommes aperçues que nous nous heurtions à un problème non négligeable : la difficulté pour nos élèves à comprendre le texte. Nous avons donc décidé de les faire travailler en groupe (mêlant les élèves des deux classes) avec un objectif précis : faire fabriquer à chaque groupe une fiche-outil qui les aiderait dans la rédaction.
Ayant moi même pour habitude de proposer aux élèves des « missions », nous avons repris ce terme pour leur proposer une « Mission Balzac » aux consignes suivantes :
« Fabriquer une fiche-outil autour d’un sujet précis : constituer un répertoire de mots, d’expressions, de figures de style associé à ce sujet. »
Les sujets : le Romantisme - Pauline - la comtesse Foedora - le cadre spatio-temporel - Raphal de Valentin
Les consignes :
-  relire le texte de Balzac en soulignant tout ce qui concerne le sujet
-  mettre en commun les informations trouvées
-  les organiser pour constituer une fiche-outil à destination de tous
A l’issue de ces trois heures de travail de groupe en classe, nous avons photocopié les fiches pour chacun des élèves.

Nous avons ensuite repris nos classes : la classe de madame Capolongo s’est occupée de la première entrevue d’Horace Bianchon avec Raphaël, ma classe de la seconde entrevue.

En parallèle, et afin de familiariser encore les élèves avec cet univers balzacien et, surtout, le Romantisme, j’ai proposé aux élèves une nouvelle mission : « Vous êtes une équipe de journalistes et vous allez réaliser une émission autour d’Honoré de Balzac. »
Voir fichier ci-dessous

PDF - 42.6 ko
Mission Balzac et le Romantisme

Le padlet ici

Exemple sur la biographie de Balzac : Cliquer sur l'image pour voir la vidéo en ligne

Enfin, les élèves sont passés à l’écriture de cette dernière rencontre, utilisant pour cela Framapad et nous avons gardé le texte qui nous semblait le plus intéressant.

Bilan

Les élèves ont apprécié le travail collaboratif, que ce soit à l’intérieur de la classe ou avec l’autre classe. Ils se sont confrontés à un texte difficile et ont tâché de se l’approprier, d’entrer dans cet univers si caractéristique, afin d’écrire « à la manière » de. Ils ont enfin la fierté d’avoir collaboré à une « grande » oeuvre, comme les secondes…

 Bilan :

Ce projet a créé une certaine unité à travers les différentes classes tout en permettant à chaque professeur d’être libre.
313 élèves ont participé à ce projet : cette ampleur permet sa réussite. Les élèves ont progressé dans leur approche du sujet d’invention et semblent avoir pris conscience de l’importance du brouillon avant de se lancer tête baissée dans l’écriture.

Un nouveau projet Balzac sera mis en place l’année prochaine ; nous réfléchissons quant au choix du personnage : Felix de Vandenesse ? Derville ?...



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.13