Première.Les femmes dans la société française de la Belle Epoque à nos jours

mercredi 11 janvier 2012
par  Samira Amerouche et Hélène Cazaban
popularité : 19%

Préambule

Cet objet d’étude du nouveau programme aborde un sujet délicat, car, comme pour l’immigration ou le fait religieux, il fait résonner en chacun de nous des notions liées à l’éducation, à la famille, à la culture et aux représentations mentales conscientes ou inconscientes de chacun. Il semble donc important d’expliquer dès le départ aux élèves les enjeux de ce chapitre et de les « mettre à distance », c’est-à-dire de faire de ce sujet d’étude à la fois un sujet comme les autres pendant lequel ils auront à analyser des documents variés pour aboutir à une synthèse distanciée.

L’intérêt de traiter de ce thème est qu’il trouve des échos dans d’autres matières comme l’Education à la citoyenneté de seconde : Egalité, différences, discriminations et Le citoyen et les médias, et celui de Première : La constitution et l’exercice des pouvoirs et Droits et devoirs du citoyen.

En Français, en seconde professionnelle, la séquence concernant La construction de l’information, comment « distinguer information, commentaire et prise de position », permet de réactiver les capacités utiles pour ce thème. En première professionnelle, l’étude de La philosophie des Lumières et le combat contre l’injustice ainsi que L’homme face aux avancées scientifiques et technologiques permet également de croiser les regards et de mettre en pratique les attitudes demandées telles que « accepter d’écouter la pensée de l’autre pour émettre une pensée personnelle et prendre position » ou encore « accepter de nuancer son jugement et d’examiner le point de vue adverse ».

Objectifs :
• Faire réfléchir sur la notion d’égalité (un des trois mots de la devise française vue en seconde avec les Lumières et la Révolution)
• Inciter les élèves à faire des rapprochements entre temps long/temps court.
• Amener à s’interroger sur la place de l’individu « sexué » dans la société actuelle.
• Avoir un regard distancié face aux sujets.
• Sensibiliser les élèves à ce phénomène de société. Capacités :
• Analyser des documents écrits, vidéos ou iconographiques avec un regard critique.
• Décoder des images de propagande ou publicitaires.
• Distinguer les différentes représentations de la femme véhiculée par les médias.
• Analyser des statistiques afin de confronter les représentations avec la réalité des faits.
Lire un texte et en restituer à l’oral ou à l’écrit l’idée essentielle

QUESTION PREALABLE à poser aux élèves avant de commencer l’objet d’étude : Qu’est-ce qu’une femme ? Evolution des définitions des dictionnaires : 1898 : « Femme [fam] n. f. – lat. femina. Femelle de l’homme, être humain organisé pour concevoir et mettre au monde des enfants. » Nouveau Larousse illustré 1898. 2004 : « Femme : (fam) n.f (latin femina) 1 Être humain de sexe féminin. » Petit Larousse illustré 2004. Glissement opéré entre femelle de l’homme/mère et être humain. La dimension « animale » et la fonction maternelle ont disparu des dictionnaires et ont été remplacées par les rôles au niveau social, économique et politique.

CONTEXTUALISATION : petit historique sur la question pour guider la parole professorale
En 1789 les femmes revendiquaient :

Le droit à l’instruction primaire, le droit au travail, la protection de la loi pour les femmes abandonnées et les filles-mères, le droit à la santé (le droit à des sages-femmes expérimentées), la réforme du mariage et le droit au divorce, l’accès à la citoyenneté. Des acquis de la Constituante, la Convention garde peu de choses et ce qu’elle accorde, comme la protection des filles-mères, est supprimée par le Code Napoléon.

En 1804, le Code Napoléon affirme l’incapacité juridique totale de la femme mariée :

Interdiction d’accès aux lycées et aux Universités. Interdiction de signer un contrat, de gérer ses biens. Exclusion totale des droits politiques. Interdiction de travailler sans l’autorisation du mari. Interdiction de toucher elle-même son salaire. Contrôle du mari sur la correspondance et les relations. Interdiction de voyager à l’étranger sans autorisation. Répression très dure de l’adultère pour les femmes. Les filles-mères et enfants naturels n’ont aucun droit.


Documents joints

Séquence
Séquence

Commentaires