Vous êtes ici : Accueil > Enseigner > Lycée > Lycée général > Ressources pédagogiques > Seconde > Le tsunami du 26 décembre 2004
Publié : 24 juin 2010

Le tsunami du 26 décembre 2004

géographie cinquième : des inégalités devant les risques

Le programme de géographie cinquième demande d’étudier les inégalités devant les risques à partir de deux études de cas comparant une catastrophe naturelle dans un pays développé et dans un pays pauvre. C’est dans cette optique que nous vous proposons de comparer les effets du tsunami en Asie de décembre 2004 (séisme de magnitude 8,9 intervenu sur une ligne de faille de près de 1000 km située à environ 60 km au large de l’île de Sumatra) et le risque de tsunami menaçant aussi la côte Ouest de l’Amérique du nord (la faille des « cascades » longue de près de mille kilomètres s’étend de la Californie à l’état de Washington menaçant la côte d’un tsunami généré par un tremblement de terre sous-marin d’une magnitude 9). Pour ce faire deux études de cas ont été construites pour le collège à partir des données sur le tsunami en Asie proposées par Franck Marco et par Blaise Rouquette. Enseignant en collège Blaise Rouquette à pu expérimenter son étude en classe, vous trouverez les documents en dossiers ZIP dans cet article. Pour voir la seconde étude de cas reportez vous à l’article publié sur ce site dans cette rubrique article : évaluer le système de protection de Seaside face au risque de Tsunami.
La comparaison démontre que deux aléas d’intensité voisine frappant deux sociétés différentes peuvent provoquer des dommages de nature et d’ampleur inégales, elle permet aussi à l’élève d’appréhender les moyens qu’ont les sociétés des états développés pour protéger leurs populations à l’aide de plans de prévention des risques. Les sociétés des pays en développement sont plus démunies, c’est après la catastrophe que plusieurs pays d’Asie ont mis en place des programmes de prévention. A cet égard il est utile de rappeler que la France met en place une étude sur les risques de tsunami en méditerranée dont les conclusions devraient être connues d’ici à 2012. Il est aussi nécessaire de mesurer les limites des politiques préventives (ce que permettrra l’étude du cas de Seaside).