L’organisation de l’histoire des arts au collège

L’enseignement de l’histoire des arts est obligatoire pour tous les élèves du Collège. C’est un enseignement fondé sur une approche pluridisciplinaire et transversale des œuvres d’art.

Imprimer logo imprimer

Étude des œuvres

L’enseignement de l’histoire des arts est fondé sur l’étude des œuvres. Cette étude peut être effectuée à partir d’une œuvre unique ou d’un ensemble d’œuvres défini par des critères communs (lieu, genre, auteur, mouvement...).

Les œuvres sont analysées à partir de quatre critères au moins : formes, techniques, significations, usages. Ces critères peuvent être abordés selon plusieurs plans d’analyse notamment :

  • formes : catégories, types, genres, styles artistiques ; constituants, structure, composition, etc.
  • techniques : matériaux, matériels, outils, supports, instruments ; méthodes et techniques corporelles, gestuelles, instrumentales, etc.
  • significations : message (émis, reçu, interprété) ; sens (usuel, général, particulier ; variations dans le temps et l’espace) ; code, signe (signifiant/ signifié) ; réception, interprétation, décodage, décryptage, etc.
  • usages : fonction, emploi ; catégories de destinataires et d’utilisateurs ; destination, utilisation, transformation, rejets, détournements, etc.

Mise en œuvre

Chaque année, l’enseignement de l’histoire des arts est organisé sur proposition du conseil pédagogique.

À chaque niveau, les professeurs s’appuient sur les trois piliers de l’enseignement de l’histoire des arts (périodes historiques, domaines artistiques, listes de thématiques).

Séparément ou en équipe, ils abordent une ou plusieurs œuvres en utilisant les savoirs et les savoir-faire propres à leurs disciplines. Ils situent ces œuvres dans leur contexte (historique, culturel, scientifique, etc.). Ils les interrogent sous plusieurs angles, opèrent tous les prolongements pertinents et ouvrent au dialogue interdisciplinaire.

L’enseignement de l’histoire des arts implique, avec l’aide des partenaires concernés, la fréquentation des lieux de création, de conservation et de diffusion de l’art et de la culture, relevant notamment du patrimoine de proximité. À cette occasion, les élèves s’engagent dans des projets artistiques et culturels, si possible conçus en partenariat. Ces projets sont mis en œuvre sous des formes diverses : expositions, spectacles ou toutes autres manifestations mettant en pratique les savoirs acquis.

Interdisciplinarité

L’enseignement de l’histoire des arts est d’abord mis en œuvre dans le cadre des disciplines des « humanités » (enseignements artistiques, français, histoire - géographie - éducation civique, langues et cultures de l’Antiquité, langues vivantes). Il peut également s’inscrire dans le cadre des enseignements scientifiques et techniques comme de l’éducation physique et sportive.

Il fait l’objet d’un volet spécifique dans les programmes des différents champs disciplinaires enseignés aux trois niveaux scolaires.

Prolongements possibles

L’enseignement de l’histoire des arts peut s’articuler avec des dispositifs complémentaires aux enseignements qui permettraient d’approfondir certaines thématiques abordées :

  • ateliers artistiques, classes à projet artistique et culturel (PAC), dispositif Collèges au cinéma, classes patrimoine, etc. ;
  • volet artistique et culturel de l’accompagnement éducatif ;
  • résidences d’artiste, galeries d’établissement, etc. À tous les niveaux de la scolarité, l’enseignement de l’histoire des arts s’insère dans le volet artistique et culturel du projet d’Etablissement.

Partenariat

L’enseignement de l’histoire des arts est l’occasion de nouer un partenariat avec :

Les institutions artistiques et culturelles de l’État :

  • les établissements de formation (universités et établissements d’enseignement supérieur dépendants du ministère en charge de la culture, de l’enseignement supérieur et de l’éducation nationale : écoles d’architecture ; écoles d’art ; écoles d’arts appliqués, design, métiers d’art ; écoles de cinéma et audiovisuel ; écoles et conservatoires de musique, d’art dramatique, de danse, etc.) ;
  • les établissements publics à vocation artistique et culturelle dépendant du ministère en charge de la culture, de l’enseignement supérieur et de l’éducation nationale et, le cas échéant, d’autres ministères (Défense, Agriculture, Equipement) : musées, bibliothèques, lieux d’exposition et de spectacles, archives, médiathèques, cinémathèques, etc.) ;

Les ensembles patrimoniaux, lieux de mémoire, chantiers de fouilles archéologiques, villes d’Art et d’Histoire, et d’une façon générale, l’ensemble des bâtiments civils, religieux, militaires et des ouvrages d’art, présentant un intérêt pour l’histoire des arts ;

Les collectivités territoriales et les dispositifs artistiques et culturels qu’elles financent ;

L’ensemble des structures artistiques et culturelles dont l’État exerce ou partage la tutelle avec les collectivités territoriales. Ces structures, dès lors qu’elles bénéficient de subventions d’État, ont désormais l’obligation de développer une action éducative ;

Les associations et les acteurs qualifiés et habilités des domaines artistiques et culturels.

Les directions régionales des affaires culturelles, services déconcentrés de l’État, sont les interlocuteurs naturels des autorités de l’éducation nationale, pour mettre en œuvre ces partenariats à tous les niveaux du territoire.


Par mots-clé

À venir...

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31