Visite du C.H.R.D (Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation)
Article mis en ligne le 7 avril 2011
dernière modification le 17 avril 2011
logo imprimer

Avant la visite du musée un homme à l’accueil nous a donné des sortes de télécommandes pour écouter la bande audio quand on en avait besoin. Puis nous avons commencé par une pièce où se situait une frise chronologique des événements importants de la Seconde Guerre Mondiale. Puis nous sommes rentrés dans une pièce sombre dont les murs avaient été noircis par le temps. Sur ces murs étaient gravés des mots ou des symboles comme la croix Gaulliste (symbole de la Résistance), à même ces murs, des panneaux étaient fixés pour nous donner des informations sur la Seconde Guerre Mondiale et plus particulièrement la Résistance.

Le musée est séparé en cinq parties :

- LA RÉSISTANCE
Avec des noms connus comme Jean Moulin, le général De Gaulle et des noms moins connus mais qui ont fait des très grandes actions ou des pays qui ont aidé la Résistance. Il y avait aussi des journaux clandestins (affichés sur les murs), qui les imprimait risquait la mort.

- LA COLLABORATION
Quoi dire sur ce sujet qui fâche la plupart des gens. Il nous est montré des grands collaborateurs (le général Pétain) et des actions comme les rafles etc.

- LA VIE QUOTIDIENNE
Une vidéo disait que la vie se déroule presque normalement mais on utilise des tickets de rationnement car la nourriture est prise par les Allemands et elle se fait donc rare.

- LA DÉPORTATION
Des actions que l’ont ne peut oublier surtout après avoir vu une vidéo expliquant comment se passait la déportation. Ils étaient entassés dans des wagons à bestiaux pour vivre pendant plusieurs jours avec un baril d’eau et un autre qui sert de toilettes ; beaucoup de personnes mouraient pendant le voyage à cause du manque d’air dans le wagon ou par trop grande fragilité. Certains étaient directement emmenés dans des fours crématoires. Les autres étaient envoyés dans des camps de concentration.

- L’INFORMATION
On entre dans une salle où se situe une incroyable reproduction miniature d’une ville puis on rentre dans une pièce qui représente une maison pendant la guerre où on retrouve la photo de Pétain, comme un parfaite famille française, mais à coté on a une radio pour écouter les messages codés donnés par les radios anglaises. Puis on descend au sous-sol et on voit une imprimerie clandestine.

À peu près trente minutes après la visite, nous sommes allés écouter le témoignage d’un résistant déporté dans un camps de concentration. Il nous a expliqué qu’il était dans le réseau du neveu du général De Gaulle et que son nom de réseau était Charrette. Il nous a aussi raconté la vie dans le camps de concentration.
Puis on nous a passé un film du procès de Klaus Barbie avec des témoignages plutôt marquants. L’un des plus marquants est que le four crématoire était rempli donc les SS (police allemande) creusaient des fosses mettaient les cadavres dans la fosse aspergeaient d’essence et mettaient le feu, mais comme si ce n’était pas suffisant, ils jetaient des enfants vivant dans ces fosses en feu.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2